La Chine va mieux, la vie et l’économie vont pouvoir reprendre leur cours. Cependant la menace d’un retour du coronavirus plane toujours alors que l’épicentre de l’épidémie s’est déplacé en Europe et aux États-Unis. Pour le ministère chinois de l'Industrie et des Technologies de l'information, pour aider la lutte contre la pandémie, il faut accélérer le déploiement de la 5G d'après une note du 24 mars.

Depuis le début de la crise, la 5G est mobilisée contre la maladie

La Chine est aujourd’hui dans une situation paradoxale. Alors qu’elle rouvre progressivement la province du Hubei, dont la capitale est Wuhan, là où est née la pandémie, le risque de propagation vient désormais de l’extérieur. En 24 heures, le pays a recensé 47 contaminations, toutes « importées ».

Selon un long document relayé par Reuters la reprise en accéléré du déploiement de la 5G s’impose. La technologie a été rapidement mobilisée au service de la lutte contre le virus, une stratégie pour construire des systèmes médicaux intelligents. Téléconsultation, hôpital robotisé, le document est clair, il faut « optimiser et promouvoir l’application de la 5G dans la lutte contre la nouvelle épidémie de coronavirus ».

Évidemment, si les autorités chinoises promeuvent la 5G ce n’est pas seulement pour la lutte contre la pandémie. De longues dates, la 5G est une priorité stratégique pour la Chine, en 2019 le pays a installé par moins de 130 000 stations.

La Chine, toujours aussi ambitieuse malgré la crise

Pour 2020, les objectifs sont de 600 000 stations, quand bien même la construction des antennes relais et les usines de fibre optique sont à l’arrêt depuis février. Les analystes estiment que c’est toutefois faisable selon Reuters, car les investissements dans le domaine continuent d’affluer.

La semaine passée, Yang Jie, président de China mobile, a déclaré que l’opérateur construirait 250 000 antennes pour un coût total de 100 milliards de Yuans (soit environ 13 milliards d’euros). Plusieurs pouvoirs locaux se sont engagés dans cette course à la 5G, logiquement le Guangdong la province la plus prospère de Chine qui a vu naitre notamment Tencent, ZTE, Huawei, la province de Guizhou, Hebei et Fujian. En mars, les dirigeants de chacune d’entre elles ont indiqué qu'ils comptaient fabriquer plusieurs dizaines de milliers d’antennes relais d’ici la fin de l’année.