Selon un récent rapport du cabinet d’études Parks Associates, 2019 fût la “pire” année en matière de fraude pour les services de streaming. Ils ont laissé filer 9,1 milliards de dollars (8,1 milliards d’euros) à cause du partage de mots de passe. Le cabinet estime que si les entreprises de ce secteur continuent d’être aussi laxistes, en 2024 elles pourraient perdre jusqu’à 12,5 milliards de dollars (11,25 milliards d’euros).

Les services de streaming font preuve de laxisme

Le 9 décembre, Tom Rutledge, le PDG de Charter Communications, prenait pour cible les services de streaming. Ils ne s’attaquaient pas à elles parce qu’elles bouleversent le monde du divertissement et du cinéma, mais bien parce qu’elles ne sont pas assez précautionneuses en matière de sécurité. Il précisait devant une assemblée de banquiers d’affaires à Manhattan que : “ces nouveaux médias créent des ravages dans l’économie de notre pays et encore plus dans le monde du cinéma”.

Le PDG de Charter Communications vise directement le laxisme en matière de sécurité et le partage de mots de passe qui prévaut dans le domaine du streaming. Il ajoute que : “la moitié des américains vit dans des maisons de deux personnes ou moins, et pourtant les services de streaming ont cinq flux différents. Il y a plus de flux disponibles qu’il n’y a de maisons pour les utiliser. Ce modèle ne peut pas durer”. Même les services de streaming répriment cette pratique, ils ne semblent pas prendre de réelles mesures pour endiguer le phénomène.

Le partage de mots de passe : un phénomène culturel ?

En février 2019, une étude CordCutting estimait qu’une personne sur cinq se sert du compte d’une personne de son entourage pour regarder des vidéos en streaming sur Netflix. L’étude a repris l’abonnement de base de Netflix, avant l’augmentation de janvier 2019 : 7,99 euros. Cela signifie que les utilisateurs qui fraudent en utilisant le compte de leurs proches économiseraient jusqu’à 182 euros  en 26 mois.

Le manque à gagner est donc énorme quand on multiplie par le nombre d’utilisateurs de Netflix. Alors que de leur côté, Amazon Video pourrait perdre 39 millions d’euros par mois et Hulu 35 millions d’euros, Netflix en perdrait 169 millions d’euros, ou 192 millions de dollars.

On peut penser qu’au fil des années, avec un peu plus de maturité, les priorités des SVOD changeront. Le phénomène de partage de mots de passe pourrait être générationnel d’après une étude de Hub Entertainment Research, publiée mercredi. Dans ce rapport nous pouvons lire que parmi les utilisateurs de 13 à 24 ans, 64% ont donné un mot de passe. En comparaison, seulement 16% des consommateurs de 35 ans ou plus l’ont fait.

Jon Giegengack, directeur de ce cabinet d’études, estime que : “il y a un véritable changement culturel, en particulier chez les jeunes, où le partage avec des gens que vous connaissez, est une nouvelle façon banale de faire des affaires, et c’est une attitude qui va avoir un impact sur la façon dont ils consomment, pas seulement la télévision et les films”.