Si vous aviez placé 1 million de dollar (900 000 euros) sur Netflix le 1er janvier 2010, vous auriez aujourd’hui 43 millions de dollars (39 millions d’euros). D’après le rapport annuel de CNBC, au cours des dix dernières années, le rendement de Netflix a été de 4 181% et l’évolution de son indice de 189%. C’était le meilleur rendement de la décennie.

Netflix : la société de la décennie ?

En comparaison, depuis son introduction, le rendement de l’action d’Apple a connu une évolution de 9 149% quand le rendement de l’action de Facebook n’atteint “que” les 298%. Alors que Netflix ne comptait que 12 millions d’abonnés payant en 2010, son poids sur le marché était très loin d’être le même qu’aujourd’hui.

Pourtant, en 2019, Netflix est considérée comme la 5ème chaîne de France en terme d’audience, avec 13 millions d’utilisateurs (160 millions dans le monde). Le média de l’avenir est celui de la vidéo à la demande par abonnement, et Netflix domine le marché malgré une concurrence de plus en plus palpable. L’entreprise a maintenant une capitalisation boursière de près de 148 milliards de dollars (133 milliards d’euros), ce qui la place dans le classement des 40 sociétés américaines les plus importantes.

Netflix, société la plus performante.

Crédit : CNBC

Attention : cette image de bonne santé ne serait qu’une apparence d’après certains spécialistes. C’est notamment le cas de Michael Pachter de Wedbush Securities. Il a toujours été abonné à Netflix, mais qualifie l’évaluation boursière de la société “d’injustifiée” et met en garde les actionnaires et les clients du service de SVOD contre “l’érosion continue des liquidités durant la dernière décennie” et la “migration du contenu vers des services concurrents”. Les menaces sont réelles pour Netflix qui tente constamment d’innover pour faire face à la concurrence. Les investissements dans les contenus originaux coûtent très chers et cela empêche l’entreprise de réaliser des bénéfices conséquents.

La guerre du contenu fait rage

En effet, pour les spécialistes il y a une véritable bataille du contenu qui se joue actuellement. L’arrivée de Disney +, l’annonce du lancement de HBO Max par WarnerMedia pour mai 2020 et les débuts d’Apple TV + en novembre ont fait du mal à Netflix. Dans sa stratégie, Netflix fait le choix d’investir toujours plus pour créer des contenus originaux et continuer de se différencier de cette manière, malgré la perte d’émissions très populaires.

Parmi les dernières créations originales de Netflix en 2019, on retrouve : The Irishman de Martin Scorsese, Marriage Story de Noah Baumbach et Dolemite is My Name, produit par Eddie Murphy. Cette année, le travail de l’entreprise a même été récompensé par une nomination aux Golden Globes et les séries à succès Ozark, The Crown, The Kominsky Method et House of Cards, ont propulsé la société vers de nombreuses nominations aux Emmy Awards. Netflix pense avoir la recette pour faire de nouveau la différence durant la prochaine décennie.