L’annonce vient de l’organisme 3GPP. La semaine passée cet organisme, chargé de la normalisation au niveau mondial de la 5G, pour la rendre compatible avec tous les mobiles, a dévoilé 17 nouveaux projets. Ils devront améliorer les standards de la 5G, mais ne seront pas disponibles avant fin 2021.

Un travail normatif en cours

Mettre en place une évolution technologique telle que la 5G ne se fait pas en un clin d’œil. Il faut tout d’abord que les industriels s’entendent entre eux pour créer des standards qui s’appliqueront partout dans le monde. C’est la mission du 3GPP ou Projet de partenariat de troisième génération en français, depuis la 3G.

Il réunit sept différentes organisations asiatiques, européennes et américaines qui sont chargées de décider ensemble de la norme. C’est l’European Telecommunications Standards Institute, basé à Nice, qui porte la voix du vieux continent.

Pour la 5G, plusieurs « version » (l’équivalent de phase de déploiement) sont discutées, validées, et mise en place.

La « Version 15 », approuvée mi-2018 consistait à adosser la 5G au réseau 4G, pour préparer son arrivée. La « Version 16 », actuellement en cours, va amener son lot de changement jusqu’en mars 2020 et sera définitivement achevée en juin de la même année. Cette version met en place un système de 5G de bout en bout. Elle prépare également l’arrivée du C-V2X, qui doit permettre aux véhicules de discuter entre eux, ou avec des infrastructures routières.

La version 17, celle dont il est question ici, doit approfondir la 5G en élargissant sa norme. C’est dans cette catégorie qu’entre les 17 fameux projets. Ils ont été approuvés ce mois-ci. Ils devraient être mis en place le second semestre 2021, le mois de septembre est avancé.

Les nouveautés à attendre de la version 17

Parmi ces projets beaucoup de fonctionnalités intéressantes : l’amélioration de la vitesse et de l’efficacité énergétique de la 5G, permettre une connectivité simultanée 5G et 4G-5G, les ondes 5G doivent se déployer entre les fréquences 24GHz et 39GHz, elles pourront aller jusqu’à 60GHz. Le support multi-SIM pourra également être traité.

Pour les véhicules, le C-V2X, la localisation sera précise au centimètre près, une technologie idéale pour favoriser le classique signal GPS, mais aussi, et surtout, la conduite autonome. Un travail est aussi réalisé pour améliorer l’internet des objets (IoT), notamment pour anticiper son application dans l’industrie. Le NR-Light sera une norme qui permettra d’offrir aux objets connectés qui en ont besoin la bande passante élevée de la 5G tout en limitant leur consommation d’énergie avec une 5G limitée dans ses autres aspects.

Sans surprise les industriels poussent l’organisme 3GPP à accélérer le mouvement sur sa version 17. Et on les comprend, en France la 5G doit arriver courant 2020.