Voici une très bonne nouvelle pour les professionnels du cinéma : le 21 juillet dernier, Netflix et Hollywood trouvaient un accord pour améliorer les conditions des acteurs et des figurants. En effet, un contrat vient d’être signé avec le SAG-AFTRA, le syndicat professionnel des acteurs aux États-Unis.

Plus de protection pour les professionnels du cinéma

C’est un contrat de trois ans qui vient d’être conclu avec ce syndicat américain, représentant plus de 160 000 personnes. L’objectif est clair : mieux protéger les professionnels du cinéma. Cette nouveauté devrait leur permettre d’avoir les mêmes protections que n’importe quel salarié en termes de droit du travail. Netflix travaille très régulièrement avec des prestataires extérieurs, comme des doubleurs, des maquilleurs, des scénographes, des décorateurs, ou encore des caméramans. Ils seront désormais mieux considérés.

Il semblait logique que l’une des plus grandes sociétés du cinéma au monde prenne des mesures pour améliorer les conditions de rémunération et de travail des professionnels de ce secteur. Concrètement, ce nouvel accord va permettre d’établir des règles plus strictes en matière d’heures supplémentaires, de clauses d’exclusivité ou encore d’éviter un potentiel harcèlement lors des auditions. Un salaire minimum est désormais établi et doit permettre aux professionnels du cinéma d’obtenir des garanties salariales, quelle que soit l’émission à laquelle ils participent.

Netflix veut attirer les meilleurs talents

Netflix voit un autre intérêt dans la signature de cet accord. Le géant du streaming vidéo espère bien attirer les meilleurs talents au monde en leur proposant des conditions optimales pour qu’ils puissent s’épanouir et rester dans l’entreprise. Pour cela, la société devait faire des efforts et cet accord tombe à pic. Les augmentations des salaires et la montée en gamme des productions font partie intégrante de la nouvelle stratégie de l’entreprise américaine.

Avec l’arrivée de nombreux concurrents, comme Disney, NBC Universal, Apple, WarnerMedia ou encore Prime Video, la plateforme de vidéo en ligne doit s’adapter. Ted Sarandos, le directeur du contenu chez Netflix, qui a tenu à faire quelques précisions. Il a déclaré début juin, que l’entreprise devrait être plus exigeante dans ses dépenses pour les productions à gros budget, ou celles expérimentales. Netflix ne veut plus se tromper et promet que chaque production sera un succès.