Suite à la Keynote d’Apple du 2 juin 2014, la marque a fait du bruit en annonçant clairement sa volonté d’être un acteur de l’eHealth (e-santé) sur ce marché en devenir. Le terme eHealth n’est pourtant pas nouveau et Apple n’est pas le premier à s’intéresser à ce marché. Google ou encore son principal concurrent Samsung se montrent également très intéressés à l’eHealth.

Avant de commencer, qu’est-ce que l’eHealth ?

Cela désigne tous les aspects numériques qui touchent à la santé. Ce sont les technologies développées actuellement (ou prochainement) dans une finalité médicale. Dans le cas de cet article l’eHealth est à destination du grand public, c’est-à-dire les patients.
Concrètement, les dispositifs d’eHealth passent généralement par les supports mobiles tels que les smartphones ou tablettes (on parle de mHealth). Celles-ci peuvent vous permettre de calculer votre rythme cardiaque, votre taux de glycémie, votre poids, assistance grossesse, analyse du sommeil, de l’activité physique. Bref tout un tas de données qui permettent d’en savoir mieux sur votre santé quotidienne.

Au départ, l’eHealth était destiné au professionnel. L’exemple de l’opération Lindbergh est le premier exemple marquant (téléchirurgie entre Strasbourg et New York via la fibre optique)

ehealth-operation-lindbergh

Opération Lindbergh

Apple rentre dans la course à l’eHealth

Avec sa dernière Keynote en juin et notamment la mise à jour de l’IOS 8, Apple a lancé son Top Départ pour son entrée sur le marché de l’eHealth. Mieux que des mots, voici la publicité présentée lors de la Keynote : Strength – Apple iPhone 5s (TV)

https://www.youtube.com/watch?v=xTjejvnBJfU

À l’automne, Apple lancera donc son IOS 8 qui comprendra (entre autres) l’application native HealthKit. Cette dernière permettra de regrouper au sein d’une même interface toutes les données des applications partenaires eHealth déjà existantes. La force et l’originalité de cette application sont bien le regroupement des données auparavant isolées au sein d’une même plateforme (Big Data nous voilà). Le recoupement de ces informations permettra à l’utilisateur d’avoir une meilleure connaissance de son état de santé.

Adieu le carnet de santé bleu ?

Adieu le carnet de santé bleu ?

L’application vous donnera l’occasion de vous créer un véritable carnet de santé indiquant vos problèmes graves ou bénins (anciennes opérations, suivis médicaux, allergies, prescription médicale actuelle, etc.). Celui-ci pourra être envoyé à votre mutuel ou à votre médecin.

Mais nous pouvons imaginer à terme que les marques s’y intéressent également. Red Bull pourrait vous envoyer une notification pour vous redonner de l’énergie en vous indiquant le magasin le plus proche lorsque votre temps de course diminue…

Bref, après la musique Apple va tenter un nouveau cheval de bataille : le marché eHealth.

Samsung  est déjà en route

Apple n’est pourtant pas seul sur ce terrain de la santé numérique. Une semaine avant la Keynote, Samusung lançait également sa plateforme eHealth (il n’est pas son concurrent principal pour rien) : le Sami et le bracelet Simband.
De la même manière que le HealthKit d’Apple, Samsung incorpore une série de capteurs permettant de mesurer le rythme cardiaque, etc.

Le bracelet connecté Simband n’est pas un produit à part entière, mais servira de référence aux constructeurs pour élaborer leur propre bracelet compatible avec la plateforme de Sami de Samsung. Plus simplement, Samsung propose un écosystème similaire eHealth à Apple et un design et la technologie pour le développement de bracelets compatibles.

Simband Open Reference Sensor Module from Samsung on Vimeo.

En conclusion, l’affrontement des deux géants du mobile n’est pas près de se terminer avec leur arrivée sur le marché de l’eHealth qui s’annonce financièrement optimiste.