hackers : toute l'actualité sur siecledigital.fr

hackers

Si vous cherchez « hackers » sur Google Images, les photos seront toutes plus ou moins similaires : des photos d’un homme avec une capuche, un point d’interrogation ou encore un masque anonymous sur la tête, le tout sur un fond sombre. OpenIdeo, société spécialisée dans le design a décidé d’en finir avec ses clichés et a lancé un concours pour fournir de nouvelles photos aux stocks d’images, comme le rapporte The Verge. Des sujets autour de la cybersécurité sont écrits tous les jours. On y parle de faille de sécurité, de dark net, de vol de données, d’amendes, de lois ou encore de réinitialisation de mots de passe. Ce grand mot a souvent une image complexe et surtout « dark ». L’objectif ? Mieux représenter la cybersécurité Divisé en 6 étapes, le challenge consiste à réinventer l’image autour de la cybersécurité, un terme difficile à imager. Les participants sont invités à créer des…

Des chercheurs en sécurité ont récemment découvert que des milliers d’ordinateurs de la marque Asus avaient été piratés par un virus. Selon Motherboard, les hackers s’en sont pris à l’entreprise elle-même, dans le but de compromettre le processus qui lui permet d’effectuer les mises à jour à distance. Les piratages sont de plus en plus fréquents, et même si parfois ils sont utilisés pour prévenir du manque de sécurité, ils le sont principalement dans des buts malveillants. Kaspersky, qui est l’entreprise de sécurité informatique à l’origine de cette découverte a baptisée cette opération « Shadow Hammer ». Pour le moment, nul ne connaît les motivations et l’identité précise des hackers. Tout ce que l’on sait, c’est qu’entre juin et novembre 2018, les pirates installaient des mises à jour sur des milliers d’ordinateurs Asus à travers le monde, se faisant passer pour la marque. Asus estime qu’environ un million d’ordinateurs ont été victimes…

Alors qu’il y a quelques mois, Instagram exposait les mots de passe de certains de ses utilisateurs, une nouvelle affaire pourrait vous donner envie de modifier régulièrement vos mots de passe. La police fédérale australienne vient d’arrêter un homme pour des faits peu communs. Ce jeune australien de 21 ans, vivait à Sydney. Il avait créé un site web appelé WickedGen.com dans le but de subtiliser des identifiants et mots de passe pour des comptes Netflix, Spotify, Hulu et d’autres services en ligne. Avant de se faire arrêter, il aurait gagné près de 177 000 €. Sur son site web, près plus d’un million de données illicites ont été trouvées. Comment a-t-il pu récupérer autant de données personnelles ? D’après les autorités locales, le jeune homme aurait obtenu les comptes volés par le biais d’une méthode appelée subtilement le « bourrage de justificatifs d’identité ». Le processus fonctionne parce que les gens réutilisent…

Alors que récemment, Facebook bloquait un grand nombre de pages de propagande gérées par des organes iraniens, il y a quelques jours, la justice américaine accusait une ancienne espionne de l’armée de l’air américaine d’avoir aidé le gouvernement iranien. Il s’agit d’accusations graves. En effet, Monica Elfriede Witt, c’est son nom, est accusée d’avoir fourni des informations secrètes au gouvernement iranien après son transfert en 2013 dans le pays. Cette femme âgée de 39 ans faisait partie de l’Air Force Office of Special Investigations. Elle a servi son pays de 1997 jusqu’à 2008. D’après la justice américaine, elle détenait des informations tenues secrètes et possédait le plus haut niveau d’habilitation de sécurité. Elle avait donc accès aux détails d’opérations de contre-espionnage hautement confidentielles, mais aussi aux noms réels des sources et à l’identité des agents du renseignement américain. C’est en 2012 qu’elle se rend en Iran pour assister à une conférence organisée par l’organisation…

Dans le cadre d’une conférence tenue mardi, Florence Parly, Ministre française de la Défense, a annoncé la mise en place fin février d’un programme de « Bug Bounty ». Centré sur l’Armée, ce dernier a pour objectif de laisser à des « hackeurs éthiques », membres de la Réserve de Cyberdéfense, le soin de déceler bugs, erreurs de conception et autres failles présents dans les systèmes de la Défense. Principe de « Bug Bounty » oblige, une prime, dont le montant est proportionnel à l’importance de l’anomalie repérée, sera versée aux hackers à l’origine de découvertes permettant d’améliorer la sécurité des logiciels utilisés par l’Armée. Un protocole très stricte encadre par ailleurs le versement de ces récompenses, tandis que les défaillances découvertes, elles, ne peuvent être dévoilées qu’après le déploiement d’un correctif adapté. Comme détaillé par nos confrères de Numerama, cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un accord signé entre le Commandement de Cyberdéfense et la plateforme privée Yes…

Alors qu’i y a quelques mois déjà, Apple s’excusait après une fuite de données en Chine, il aurait pu, cette fois-ci, s’agir d’une cyber-attaque massive. En Chine, les données personnelles de 202 millions de demandeurs d’emploi ont été exposées et aurait pu, potentiellement, être dévoilées ou hackées. Durant trois années, les numéros de téléphone, les adresses électroniques, les permis de conduire ou encore les attentes salariales, étaient librement accessibles à n’importe quelle personne qui savait où chercher. C’est Bob Diachenko, un chercheur en sécurité informatique, qui a découvert, fin décembre une faille dans le système chinois. Une porte ouverte et non protégée qui contenait 202 730 434 enregistrements « très détaillés », selon lui. La base de données était librement visible sans mot de passe ni login. Celle-ci n’a été rendue privé qu’après que le chercheur ait publié sur Twitter des informations sur son existence. Just came across a giant database with…

Alors qu’il y a quelques jours, la NASA réalisait la prouesse de faire entrer sa sonde Voyager 2 dans l’espace interstellaire, hier, par le biais d’une note de service interne adressée tous ses employés, la société a annoncé avoir été victime d’une cyber-attaque quelques mois auparavant. Le piratage aurait été découvert le 23 octobre dernier par le service de sécurité de la NASA. D’après l’agence spatiale américaine, les données personnelles, et notamment les numéros de sécurité sociale, de ses employés ont été compromises. Un délai d’information assez long, pratiquement deux mois, certainement lié à la confidentialité imposée par l’enquête et aux différentes actions menées pour identifier les auteurs. Les États-Unis sont particulièrement touchés par les cyber-attaques ces derniers mois. Récemment, des voyous nouvelle génération ciblaient des écoles, des hôpitaux, des bureaux gouvernementaux avec de fausses alertes à la bombe. Leur objectif ? D’après The Next Web, ces crypto-criminels tenteraient d’extorquer des…