La Suède vient d'annoncer que l'entreprise LKAB avait localisé des gisements de terres rares en Laponie. Le début de la fin de la dépendance de l'Europe à l'égard de la Chine pour ces précieux matériaux pourrait donc se trouver enfoui profondément sous les étendues glaciales du nord de la Suède.

Des terres rares en Laponie ?

En 2023, les terres rares sont considérés comme le nouvel or noir. Ces matériaux sont aujourd'hui présents dans la vie de la grande majorité des 8 milliards d'habitants de la planète. Des disques durs, aux trains, en passant par l'essor des énergies vertes ou encore dans les smartphones... Les terres rares sont nécessaires à la fabrication de très nombreux objets qui composent notre quotidien. LKAB, une entreprise publique qui exploite des mines de fer à Kiruna, a découvert un gigantesque gisement de terres rares en Laponie.

Selon LKAB, il s'agirait du plus grand gisement connu de ce type en Europe. Néanmoins, l'entreprise suédoise a prévenu qu'il faudrait « au moins une décennie avant que l'exploitation minière ne commence ». La ministre suédoise de l'industrie, Ebba Busch, a qualifié la Suède de véritable « mine d'or » à la suite de cette découverte. Cette annonce est intervenue alors que la Commission européenne tente de se détacher des gisements chinois (qui représentent 90 % de la production de terres rares au monde), avec la mise en place de nouvelles chaînes d'approvisionnement plus fiables.

Les terres rares sont vitales pour le secteur en pleine expansion de l'énergie verte. Ces matériaux permettent de fabriquer les composants qui alimentent les éoliennes et les batteries des voitures électriques. Cependant, l'Union européenne est très en retard sur ses concurrents sur le marché, puisqu'elle se procure environ 98 % de terres rares en Chine. Actuellement, il n'y a pas d'extraction en Europe. Selon la Commission européenne, la demande sera multipliée par 5 d'ici à 2030 en raison de la transition numérique et écologique du Vieux continent.

Pour Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur et du numérique, l'ambition de l'Union européenne est de devenir le premier continent « climatiquement neutre ». Il estime néanmoins que cette hypothèse est menacée sans un accès sûr et durable aux matières premières. « Notre double transition verte et numérique vivra ou mourra grâce au fonctionnement de nos chaînes d'approvisionnement. L'approvisionnement en matières premières est devenu un véritable outil géopolitique » a-t-il précisé.

L'Union européenne est désireuse de tirer les leçons du passé. Il est hors de question de reproduire une situation de dépendance comme celle qu'elle a développée à l'égard de la Russie pour le pétrole et le gaz. LKAB a déclaré que les gisements de terres rares ont été découverts à proximité de la plus grande mine souterraine de minerai de fer du monde qu'elle exploite à Kiruna, en Laponie.

Pour accélérer l'exploitation de ce gisement, Jan Moström, PDG de LKAB, estime que « nous devons modifier les processus d'autorisation pour garantir une augmentation de l'exploitation de ce type de matières premières en Europe ».