La NASA a confirmé, le 11 octobre, que sa première mission de défense planétaire, lancée en novembre 2021, a été un véritable succès. Sa sonde Double Asteroid Rendezvous Test (DART) qui s’était écrasée volontairement, fin septembre, sur l’astéroïde Dimorphos, en orbite autour d’un second astéroïde nommé Didymos, a réussi à modifier sa trajectoire. Les résultats ont d’ailleurs surpassé les attentes des scientifiques.

Une expérience très concluante

Dans la nuit du 26 au 27 septembre, DART a percuté Dimorphos à une vitesse de 22 000 kilomètres par heure. D’après les chercheurs, un tel impact serait suffisant pour déloger un tel astéroïde, de 160 mètres de diamètre, de son orbite.

Pour savoir si l’expérience a réussi, la NASA a calculé le temps que met Dimorphos à faire le tour de Didymos. Un changement dans ce trajet, ne serait-ce que d’une seconde, validerait alors l’expérimentation. Tom Statler, scientifique du programme DART, explique que « nos exigences sont de 73 secondes, mais nous pensons en fait que nous allons changer [la trajectoire] d’environ 10 minutes ».

Après plusieurs semaines à étudier les mouvements de l’astéroïde, les chercheurs ont conclu que la collision avait bien modifié l’orbite de Dimorphos de 32 minutes. Désormais, l’astre met 11 heures et 23 minutes à réaliser un tour complet, là où il mettait 11 heures et 55 minutes auparavant. Bill Nelson, président de la NASA, a indiqué que « cette mission montre que la NASA essaie d’être prête pour tout ce que l’univers nous réserve ».

Un petit crash pour DART, un grand pas pour l’humanité

« Pour la première fois, l’humanité a modifié l’orbite d’un corps planétaire », a déclaré Lori Glaze, directrice de la division des sciences planétaires de la Direction des Missions Scientifiques de la NASA. Dans un communiqué de l’agence fédérale américaine, elle explique que « ce résultat est un pas important vers la compréhension de l’effet complet de l’impact de DART sur sa cible ».

Photographie de Dimorphos depuis le télescope Hubble

Photographie de Dimorphos depuis le télescope Hubble. Photographie : NASA / ESA / STScI / Hubble.

Désormais, de nombreux télescopes, dont Hubble et James-Webb, vont étudier le comportement du système Didymos à la suite de ce choc. Ensuite, c’est l’Agence spatiale européenne qui va prendre le relais avec le lancement de la mission Hera en 2024. Elle prévoit l’expédition d’un vaisseau spatial vers l’astéroïde. Il devrait se placer en orbite autour de lui en 2027 afin d'étudier les débris spatiaux et les cratères créés par DART.