Alors que la 5G continue à être déployé dans les zones urbaines et dans les zones peu denses en France, de nombreuses entreprises et gouvernements travaillent pour le développement de la prochaine génération : la 6G. Nokia a annoncé le 11 juillet 2022 qu'il dirigera 6G-ANNA, un projet phare 6G financé par l'Allemagne afin d'accélérer la recherche et la normalisation de la 6G dans les prochaines années, deux ans après le projet européen Hexa-X.

Un projet pour normaliser le réseau 6G en Europe à l'horizon 2030

29 entreprises, start-up, universités, et instituts de recherche se sont associés dans le cadre du projet 6G-ANNA, financé par le ministère fédéral allemand de l'éducation et de la recherche. Cette initiative fait partie du programme 6G Plateform German et pourra composer avec 38 millions d'euros sur les trois prochaines années.

Dans la même catégorie

L'objectif de 6G-ANNA est de renforcer et de faire avancer l'agenda de la 6G en Allemagne et plus largement, en Europe, pour mener des activités de normalisation de la sixième génération à l'aide d'un plan élaboré sur mesure. Parmi les organismes présents, on retrouve Airbus, Ericsson, Vodafone et bien entendu Nokia, entreprise pilote du projet.

« Alors que les premiers réseaux 6G ne devraient pas être commercialisés avant 2030, nous posons déjà les bases techniques avec la 5G-Advanced, ainsi que l'innovation à long terme qui conduira aux développements de la 6G », a déclaré Peter Merz, responsable des normes Nokia. La firme finlandaise se donne ainsi deux années supplémentaires par rapport aux ambitions de Samsung, qui affirmait que la 6G pourrait arriver dès 2028.

Comment s'articulera le travail de Nokia pour établir son réseau 6G ?

Les travaux de Nokia s'articuleront autour de trois domaines technologiques clés : l'accès à la 6G dans tout type de zones, l'automatisation & la simplification d'utilisation du réseau et la thématique la plus centrale, à savoir la conception de l'architecture du réseau 6G de bout-en-bout.

Alors que la 6G est encore à un stade embryonnaire, les laboratoires de l'entreprise finlandaise ont identifié six technologies qui seront des composants vitaux des futurs réseaux 6G. Pour l'heure, celles-ci n'ont pas été divulguées.

Pour ce qui est des bandes utilisées, la 6G proposée par Nokia devrait se concentrer sur des fréquences comprises en 7 et 20 GHz pour les zones rurales, tandis que des fréquences inférieures seront exploitées pour les zones urbaines. Les fréquences comprises entre 460 et 694 MHz devraient permettre de couvrir des zones très larges comme des métropoles.

Avec le projet 6G-ANNA, l'Allemagne et l'Europe s'immiscent un peu plus dans la course à la 6G, face à de féroces concurrents : les Etats-Unis, le Japon et la Chine. En France, le gouvernement avait annoncé l'an dernier, ses ambitions d'élaborer un plan d'action pour l'arrivée de la 6G.