Dans une lettre publiée le 10 Juin 2022, Bobby Kotick, le CEO d'Activision Blizzard, a déclaré qu'il allait rencontrer les dirigeants du syndicat récemment créé au sein de son entreprise. Un changement de ton après des mois de contestation.

Des négociations historiques entre Activision et CWA

Le 23 mai 2022 fût un grand jour pour les salariés d'Activision Blizzard. Cette date marque la création du premier syndicat de l'entreprise. Après plusieurs années de scandales, avec notamment de nombreuses accusations de harcèlement sexuel qui ont entaché la réputation de l’éditeur de jeux vidéo, Activision vient de rédiger une lettre dans laquelle il précise que des négociations vont commencer avec les dirigeants de CWA (Communications Workers of America), le syndicat des Travailleurs des communications d’Amérique.

C'est donc le début des négociations collectives entre les travailleurs syndiqués dégroupe et les dirigeants d'Activision Blizzard. Le géant américain est en train d'essayer d'obtenir l'approbation réglementaire pour son acquisition par Microsoft pour 68,7 milliards de dollars et cela passe désormais forcément par des discussions avec le syndicat. Le CEO d'Activision Blizzard, Bobby Kotick, a déclaré que « nous inviterons les dirigeants de CWA (Communications Workers of America) à la table des négociations et nous travaillerons à un accord qui soutiendra le succès de tous nos employés ».

Le syndicat a son mot à dire dans le cadre du rachat par Microsoft

Cela ne fait aucun doute : c'est un changement de ton de la part d'Activision Blizzard. Compte tenu de la situation (accusations de harcèlement sexuel, menace envers les employés souhaitant s’exprimer à ce sujet), le géant américain n'avait plus le choix. La direction d'Activision a longtemps déclaré qu'elle soutenait le droit des travailleurs à se syndiquer, tout en leur mettant des bâtons dans les roues, notamment en contestant devant le National Labor Relations Board les qualifications des travailleurs pour voter sur le syndicat.

Malgré ces accusations, Microsoft persiste avec le rachat d’Activision Blizzard. Déjà approuvée par les actionnaires, cette acquisition doit encore être approuvée par les autorités et désormais par le syndicat. Une fois terminée, on peut imaginer que la firme de Redmond fera du « ménage » au sein d’Activision Blizzard, notamment pour préserver sa propre réputation. L’entreprise passera sous l’égide de Phil Spencer, responsable de la branche Xbox au sein de Microsoft. Difficile d'imaginer que Bobby Kotick puisse rester à son poste.