Apple a commandé deux études indépendantes sur l’impact de l’App Store, et plus particulièrement de son programme pour les petits business, sur le monde du travail. La firme de Cupertino souhaite, de cette manière, démontrer son importance pour le monde.

L’App Store offre un accès au reste du monde aux entreprises

Les études ont été réalisées par les cabinets indépendants Analysis Group et Progressive Policy Institute. Selon Apple, elles permettent de démontrer que l’App Store « contribue à l'un des marchés mondiaux les plus prospères et les plus innovants qui existent aujourd'hui ». Par exemple, l'économie des applications iOS soutient désormais plus de 2,2 millions d'emplois aux États-Unis.

Dans la même catégorie

La marque à la pomme assure que son magasin d’application a permis la création de millions d’emplois à travers le monde, et qu’il a permis à de nombreux développeurs d’atteindre des clients de manière innovante alors que la pandémie a chamboulé la planète. « Ces développeurs et leurs applications ont aidé les gens à trouver des moyens nouveaux et souvent durables de collaborer avec leurs collègues, de se divertir, d'affiner leur créativité et de se connecter avec leurs amis et leur famille », explique Apple.

Présent dans 175 pays, l’App Store permet aux développeurs, notamment aux plus petits, d’atteindre un marché très vaste et de faire découvrir leur produit en dehors de leur pays, leur offrant la possibilité d’obtenir de nouveaux clients dans des endroits où cela ne serait pas possible autrement. Ainsi, le géant de la tech explique qu’« il y a cinq ans, 45 % des grands développeurs actuels n'étaient pas présents sur l'App Store ou avaient des revenus inférieurs à 10 000 dollars », mettant en avant l'évolution que permet son magasin d’applications pour les entreprises.

Une infographie des revenus des petits développeurs selon les pays.

Le pourcentage de la hausse des revenus des petits développeurs de 2019 à 2021 selon les pays. Infographie : Apple

Les revenus des petits développeurs en nette hausse

Surtout, Apple vante les mérites de son programme pour les petits développeurs mis en place en 2020. Celui-ci consiste à faire passer la taxe de 30 % prélevée par l’entreprise sur tous les achats in-app à 15 % pour les petits développeurs, c’est-à-dire ceux dont les revenus ne dépassent pas le million de dollars à l’année. Grâce à ce dispositif, de très nombreux petits développeurs ont rejoint l’App Store :

« En 2021, des milliers de petites entreprises et de nouveaux créateurs d'applications ont rejoint l'App Store depuis le monde entier. Sur cet ensemble de nouveaux développeurs, environ 24 % venaient d'Europe, 23 % de Chine, 14 % des États-Unis, 4,3 % du Japon et 34 % d'autres régions, dont la Corée, l'Inde et le Brésil. Et au cours des deux dernières années, le nombre de petits développeurs émergents rejoignant l'App Store a augmenté - par exemple, au Royaume-Uni, le nombre de petits développeurs nouveaux sur l'App Store a augmenté de près de 40 % depuis 2019 et, en Allemagne, il a augmenté de plus de 25 % ».

Par ailleurs, il a permis aux petits développeurs de largement augmenter leurs revenus et particulièrement en France, où les revenus issus de l’App Store des petits développeurs ont augmenté de 122 % entre 2019 et 2021. Pour démontrer les bienfaits de son programme pour les petits business, Apple explique que, par exemple, l’application Rootd, destinée aux personnes souffrant d’anxiété, a vu ses gains augmenter de 200 % d'une année sur l'autre.

Apple ne fait pas l’unanimité chez les développeurs

Le timing de ces deux études commanditées par Apple n’est pas dû au hasard. Les autorités, mais également les développeurs, critiquent grandement la marque à la pomme pour la politique qu’elle met en place au sein de l’App Store, et notamment sa taxe de 30 %, considérée comme un abus de position dominante. D’ailleurs, Apple a récemment eu des démêlés avec la justice néerlandaise pour cette raison, tandis que la Commission européenne enquête, de son côté, sur cette pratique.

Ces rapports semblent corroborer les dires d’Apple ainsi que ses arguments pour maintenir sa commission sur les achats in-app : son magasin d’application pourvoit un vaste marché sécurisé aux entreprises et leur permet de générer de très importants revenus et d’évoluer ; cela justifie, selon la firme de Cupertino, une taxe aussi élevée prélevée aux entreprises qui sont mises en avant dans l’App Store.