La capsule Starliner de Boeing s’est envolée vers la Station Spatiale Internationale (ISS) pour un vol d’essai dans la nuit du 19 au 20 mai. C’est la deuxième tentative de vol de qualification à vide, un vol sans passager pour s’assurer que l’appareil fonctionne correctement, pour le constructeur aéronautique et aérospatial américain.

Décollage sans accrocs pour Starliner

Starliner a décollé avec succès de la Floride dans la soirée. Elle se dirige tout droit vers l’ISS à laquelle elle devrait s'amarrer dans la journée du 20 mai avant de revenir sur Terre aux environs du 27 mai. À son bord, un mannequin prénommé Rosie et 230 kg de fret.

Son départ s’est fait sans encombre, même si deux des 12 propulseurs utilisés pour placer la capsule sur la bonne trajectoire n’ont pas fonctionné. Cela ne devrait pas poser de problèmes pour la mission, a rapporté la NASA lors d’une conférence de presse. « Nous avons un véhicule sûr et nous sommes en route vers la Station spatiale internationale », a rapporté Mark Nappi, responsable du programme spatial habité chez Boeing, aux Échos.

Les astronautes à bord de l’ISS suivent de très près l’arrivée de cette capsule aux abords de la station.

Boeing espère rattraper son retard

Cette mission pourrait signer la fin d’une série d'échecs pour Boeing. En décembre 2019, un premier envol de Starliner s’était conclu par un échec après qu’une anomalie dans le logiciel de la capsule lui ait fait croire, à tort, avoir atteint la bonne orbite pour rejoindre l’ISS. La NASA a été contrainte de rappeler la capsule sur Terre. En août 2021, un nouvel essai avait été annulé juste avant le décollage à cause d’un problème de valves décelé lors des dernières vérifications.

Si tout se passe correctement, la tentative lancée dans la nuit du jeudi à vendredi permettra au géant des transports américains de devenir, après SpaceX, la seconde entreprise chargée de transporter les astronautes de la NASA vers l’ISS.

En 2014, la NASA a attribué à Boeing et SpaceX un contrat pour la conception et l’exploitation commerciale d’une capsule habitée pour acheminer des passagers vers l’ISS. Depuis, les deux entreprises se livrent une course effrénée pour s’attirer les faveurs de la NASA. Avec son modèle de capsules réutilisables, Crew Dragon, opérant depuis 2019, dont la production a été récemment arrêtée, SpaceX avait une longueur d’avance sur l’entreprise basée dans l’Illinois. Boeing compte sur la réussite de Starliner pour rattraper son retard.