TSMC, le leader mondial des semi-conducteurs, a présenté ses résultats pour le dernier trimestre 2021 le 13 janvier. En cette période de pénurie de puces, le leader du secteur se porte à merveille avec des revenus en hausse de 18,5% sur l’année 2021 pour atteindre 57 milliards de dollars.

Toujours plus d’investissements

Une grande partie de cet argent doit être réinvestie en 2022. TSMC avait annoncé un plan d’expansion pour 100 milliards de dollars sur les prochaines années. Une promesse à prendre au sérieux, l’entreprise prévoit 44 milliards de dollars d’investissement pour l’année pour accroître sa capacité de production de 47% et de continuer à développer de nouvelles technologies.

Une usine à 12 milliards de dollars est en construction à Phoenix, aux États-Unis, une autre l’est au Japon. La capacité de production des usines présentes à Nanjing, en Chine et à Taiwan doit également être rehaussée. Un projet pourrait également naître en Allemagne.

Ces investissements doivent répondre à la demande en puces et principalement pour celles les moins avancées, les plus difficiles à trouver en ces temps de crise du secteur. La demande du secteur automobile, le plus touché par le manque de pièce, a augmenté de 51% en 2021.

TSMC a déjà augmenté sa capacité de production de 60% pour les puces destinées à l’automobile. Elle ne représente, cependant, que 4% des revenus annuels de TSMC. Apple et les smartphones, l’autre domaine dévoreur de puces équivalent à 44% du revenu de TSMC.

Samsung, Intel et TSMC, les trois leaders du secteur ont promis à eux trois 146 milliards de dollars d’investissements au cours de l’année 2021. Ces annonces, avec les sommes astronomiques mises sur la table, ne rassurent pas forcément les investisseurs. Le marché des semi-conducteurs a pris la lumière au cours de l’année 2021 du fait de la pénurie. Cette situation est récente pour un secteur qui connaît en réalité des phases régulières de sur et sous production.

TSMC à l’abri de la surproduction ?

Une éventuelle surcapacité de TSMC reste une perspective qui inquiète. Le directeur général de l’entreprise taïwanaise, C. C. Wei, a écarté la question selon Reuters, « Même si une correction devait se produire, nous pensons qu'elle pourrait être moins volatile pour TSMC en raison de notre position de leader technologique et de la mégatendance structurelle ». L’argent doit financer de nouvelles technologies, qui se réduisent principalement à des puces toujours plus petites et performantes.

Fort de cette position privilégiée, l’entreprise aborde 2022 en pleine sérénité. Ces prévisions pour le premier trimestre, de janvier à mars, l’attestent. TSMC table sur un chiffre d’affaires de 17,2 milliards de dollars, soit une hausse de 28 à 33% de ses revenus par rapport à 2021. Sur toute l’année, la société asiatique la plus valorisée espère 20% de croissance.