Intel a publié le 21 octobre ses résultats du troisième trimestre 2021. À cette occasion, Pat Gelsinger, PDG de l’entreprise, a estimé que la pénurie de semi-conducteurs allait se prolonger jusqu’à 2023. Une position plus pessimiste que Lisa Su, PDG d’AMD, qui espère que la situation sera rétablie en 2022.

L’activité d’Intel directement affectée par la pénurie

Intel se retrouve dans une drôle de situation. D’un côté l’entreprise investie massivement, 20 milliards de dollars en 2021, pour construire une fonderie de semi-conducteur en Arizona, de l’autre elle subit très directement la pénurie mondiale de puces.

Au troisième trimestre son chiffre d’affaires a baissé de 2%. La cause, comme pour beaucoup, notamment les constructeurs automobiles, le manque de ces fameux semi-conducteurs. Les ventes d’ordinateurs portables ont chuté de 5% et ce serait effectivement lié à la pénurie selon des analystes mentionnés par The Verge.

Pat Gelsinger a expliqué « Nous appelons cela des jeux de correspondance, où nous avons peut-être le processeur, mais vous n'avez pas l'écran LCD, ou vous n'avez pas le Wi-Fi. Les centres de données sont particulièrement en difficulté avec certaines des puces d'alimentation et certaines des puces de réseau ou d’Ethernet ».

Intel peut compter sur ses activités annexes pour compenser ces difficultés. Ses ordinateurs de bureau se vendent comme des petits pains, la catégorie affiche 20% de croissance de revenu, portée par le télétravail. Bémol, cette belle croissance commence à s’essouffler.

L’entreprise américaine affiche également de belles performances dans le secteur datacenter, Intel vend des processeurs d’alimentation, en Internet des objets et avec Mobileye, sa filière de puces automobile, probablement sollicitée comme jamais.

Au troisième trimestre, Intel a déclaré une marge brute honorable de 56%. Elle se projette sur 18,1 milliards de dollars de chiffres d’affaires pour 2021, en légère baisse par rapport à de précédentes estimations.

Il ne faut pas insulter l’avenir

Ces résultats mitigés n’inquiètent pas outre mesure. CNBC rapporte qu’Intel change de modèle commercial pour devenir un fabricant de puces. L’entreprise conçoit déjà ses propres puces et les fabriques elle-même, l’idée serait de proposer ce service à des concepteurs extérieur, comme AMD par exemple.

Que la pénurie de semi-conducteurs se résorbe en 2022 ou en 2023, importe peu. La demande ne fera que s’accroître dans les années à venir. En participant aux investissements pharaoniques engagés par le secteur, comme TMSC, Intel se positionne sur un marché très lucratif.