La Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC) a présenté le 3 septembre son projet d’usine de semi-conducteurs à Shanghai pour 8,87 milliards de dollars. Cette nouvelle usine correspond à l’ambition chinoise d’autosuffisance dans le secteur dans un contexte de pénurie mondiale.

L’usine produira des puces en 28 nm ou plus

Le gouvernement va participer avec une co-entreprise, majoritairement détenue par SMIC, le champion chinois de la puce. Un partenariat va être signé avec Lingang FTZ et la nouvelle structure aura un capital social de 5,5 milliards de dollars. La somme restante sera levée auprès d’investisseurs tiers.

C’est l’un des intérêts de Shanghai. Outre que SMIC y possède son siège, l’usine sera construite dans la banlieue sud-est de la ville, à Lin-Gang. Il s’agit d’une zone spéciale, exempter de droits de douane, souhaiter par Xi Jinping pour attirer les investissements étrangers.

L’usine doit, à terme, produire 100 000 plaquettes de silicium d’une trentaine de centimètres par mois. SMIC est spécialiste dans les technologies matures, des puces de 28 nanomètres ou plus. Elles sont principalement destinées au secteur automobile, actuellement en pleine crise à cause de la pénurie.

SMIC a un autre projet d’usine à Shenzhen, près de Hong Kong. L’investissement représente 2,35 milliards de dollars. Cette usine doit produire 40 000 plaquettes par mois. SMIC représente la meilleure chance de la Chine de gagner son indépendance en semi-conducteur.

SMIC et la Chine ont encore du boulot

Malheureusement pour l’Empire du Milieu, son entreprise est encore loin d’égaler les champions du secteur, la Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC), Samsung ou Intel. TSMC, leader incontesté des puces, a décidé d’investir 100 milliards de dollars sur trois ans pour augmenter sa production. Samsung prévoit 116 milliards d’investissements d’ici 2030. Intel s’est engagé sur la somme de 20 milliards de dollars.

Le principal souci de SMIC est toutefois son retard technologique. L’entreprise chinoise n’a pas les moyens de fabriquer les puces les plus avancées destinées aux smartphones et ordinateurs. SMIC a également été placé sur liste noire Américaine fin 2020 pour des raisons de sécurité nationale. Cela lui a bloqué l’accès aux équipements de production et continuera d’être une sérieuse épine dans le pied de SMIC.