Les services de livraisons à domicile deviennent de plus en plus présents dans la vie des consommateurs, surtout en Chine. Face à la précarité des travailleurs de ce secteur d’activité, certains pays européens tels que l’Italie ou encore l’Espagne ont récemment décidé d’obliger les grandes entreprises du secteur (Uber Eats, Just Eat, Glo et Deliveroo) à salarier leurs livreurs. Désormais, c’est au tour des régulateurs en Chine de s’occuper de ces travailleurs en leur offrant plus de protections.

En Chine, les livreurs à domicile vont profiter d’une meilleure protection

Lundi 26 juillet, l'Administration d'État pour la réglementation du marché (SAMR) et six autres agences gouvernementales ont signé à Pékin plusieurs directives afin de protéger les droits fondamentaux des livreurs à domicile. Ces dernières visent notamment à garantir « un revenu de base, la sécurité du travail, la sécurité alimentaire, un environnement de travail décent et l'accès à une couverture d'assurance », rapporte le South China Morning Post.

Les plateformes seront désormais obligées de s’assurer que les livreurs gagnent un salaire au-dessus du salaire minimum dans la zone où ils travaillent. Concernant les performances, les entreprises du secteur doivent désormais utiliser un algorithme moins strict permettant d’« accorder de manière appropriée plus de temps aux livreurs pour terminer leurs courses ». Les acteurs de la livraison à domicile devront aussi aider les livreurs à accéder à une couverture sociale ainsi qu’à une assurance commerciale.

En plus de cela, certaines plateformes auront l’obligation de créer des « organisations syndicales ». Pour finir, les régulateurs ont demandé une amélioration des conditions générales de travail des livreurs avec notamment la mise en place de salles de repos, d'armoires intelligentes pour la récupération des repas, et de casques intelligents.

La mise en place de ces nouvelles directives fait notamment suite à l’intensification de la campagne de contrôle des grandes entreprises technologiques en Chine, mais aussi à des plaintes de livreurs concernant l’absence de garanties de travail suffisantes. De ce fait, le pays oblige de plus en plus le secteur à respecter les droits des consommateurs, mais aussi ceux des travailleurs.

Ces récentes actions ont notamment fait chuter de 14 % les actions de Meituan, géant de la livraison à domicile en Chine. Le groupe embauchait notamment 3 millions de livreurs et effectuait près de 27 millions de livraisons de nourriture par jour en 2020.