Soucieuse de vouloir limiter la propagation de fake news, Facebook a commencé à tester une nouvelle fonctionnalité qui incite les utilisateurs à ouvrir un lien avant de le partager avec leur réseau. Une fonctionnalité déjà éprouvée par Twitter.

Le réseau social qui développe de nouveaux outils contre la désinformation, vient d’annoncer sur son compte Twitter une nouvelle fonctionnalité permettant de limiter la circulation irréfléchie d'articles. Lorsqu’un utilisateur tentera de partager un article sans l’avoir ouvert, un message de prévention apparaîtra : "Vous êtes sur le point de partager cet article sans l'ouvrir. Partager des articles sans les lire peut signifier passer à côté de faits essentiels".

Le but de Facebook est d’inciter ses utilisateurs à reconsidérer le partage de liens s’ils n’ont pas connaissance du contenu de l’article. Les titres étant parfois à des années-lumière du contenu d’un article, le réseau social espère ainsi créer une friction à l'expérience, afin de pousser les utilisateurs à revoir leur comportement et éviter que des titres trompeurs puissent être fortement relayés. La fonctionnalité actuellement en test touchera 6 % des utilisateurs Android de Facebook dans le monde avant un déploiement progressif.

Cette fonctionnalité n’est pas sans rappeler celle qu’avait introduite Twitter en juin dernier incitant les utilisateurs à lire un lien avant de le retweeter. L'entreprise a rapidement constaté que les internautes ont lu les articles 40% plus souvent lorsqu’ils étaient confrontés à la notification plus souvent si bien qu’elle a décidé de l'élargir à l’ensemble de ses utilisateurs. Elle va dans le même sens qu'une précédente interface alertant un utilisateur lorsqu'il repartageait un article ayant plusieurs années.