C’est devant un tribunal de Californie que Tesla a porté plainte contre Alex Khatilov, l’un de ses anciens employés. La firme accuse l’ingénieur informatique d’avoir volé plus de 26 000 fichiers confidentiels entre le moment de son embauche et le moment de son renvoi, rapporte CNBC.

Une affaire d’espionnage industriel ?

Dans sa plainte, Tesla explique avoir découvert, le 6 janvier dernier, qu’Alex Khatilov téléchargeait des fichiers confidentiels sur ses appareils et sur sa Dropbox personnelle. Entre le 31 décembre 2020 et le 4 janvier 2021, l’ingénieur informatique aurait ainsi recueilli illégalement plus de 26 000 fichiers.

Des fichiers qui, selon Tesla, « n’ont rien à voir avec ses responsabilités » et qui concernent des procédés de fabrication et de commercialisation. La firme estime notamment que ces informations pourraient être utilisées par des concurrents pour « créer un système automatisé similaire, en une fraction du temps et avec une fraction de l’argent dépensés par Tesla pour le construire ». De son côté, Alex Khatilov s’est défendu auprès du New York Post en affirmant que ces fichiers avaient été téléchargés sur sa Dropbox par erreur, lorsqu’il a souhaité vers une copie de sauvegarder d’un dossier sur son ordinateur. « Je travaille depuis 20 ans dans ce secteur, je sais ce que sont des documents sensibles et je n’ai jamais essayé d’y accéder ou de les voler », a expliqué l’ingénieur informatique.

Une ligne de défense que a Tesla rejeté. Dans sa plainte, la firme explique avoir immédiatement convoqué Alex Khatilov en visioconférence lorsqu’elle a pris connaissance de ces téléchargements. Au cours de l’entretien, l’homme aurait refusé de donner l’accès à son ordinateur aux enquêteurs de la firme et aurait été vu « se pressant d’effacer des informations de son ordinateur ». Tesla détaille avoir ensuite demandé à l’ingénieur informatique de se connecter à son compte Dropbox, ce qui a permis de révéler que « les mêmes fichiers Tesla confidentiels vus sur son ordinateur portable étaient toujours disponibles via son compte de stockage cloud ».

Tesla ne laisse rien passer

Pour Tesla, cette affaire est loin d’être une première. Par le passé, le constructeur spécialisé dans les véhicules électriques a déjà dû porter plainte contre d’anciens employés pour protéger ses données. En décembre dernier, par exemple, la société a conclu un accord avec Martin Tripp, ancien employé qui a admis avoir divulgué des informations confidentielles à un journaliste.

Avant ça, en 2019, Tesla a intenté un procès à la startup Zoox, accusant quatre employés de cette dernière – qui avaient auparavant travaillé chez Tesla – de s’être emparés de documents confidentiels. La même année, Guangzhi Cao, ancien employé de la firme d’Elon Musk, a également été poursuivi pour avoir téléchargé le code de l’Autopilot sur son iCloud. L’affaire est toujours en cours.