La guerre entre Facebook et Apple est déclarée et semble bien loin de s’achever. Elle était néanmoins prévisible, tant les deux géants de la tech s’appuient sur un modèle commercial différent.

Le label dédié à Facebook sur l’App Store au cœur de la discorde

Les deux entreprises étaient d’ores et déjà en conflit par rapport à la commission de 30% récupérée par Apple pour les achats in-app, que Facebook critique depuis longtemps. Cette fois-ci toutefois, l’affrontement pourrait avoir des répercussions directes sur les revenus du réseau social… Selon la firme, la démarche d’Apple n’est qu’intéressée et destinée à générer du profit, en plus d’être anticoncurrentielle car ne concernant pas les applications pré-installées dans ses appareils. La marque à la pomme a répondu à ces accusations en expliquant que des labels pour ses propres applications seraient également mis en place sur son site.

En effet, Apple avait annoncé lors de la WWDC 2020 que son nouveau système d’exploitation, iOS 14, mettrait en avant la vie privée des utilisateurs, et avait dévoilé par la même occasion l’arrivée de labels dans l’App Store indiquant quelles données personnelles chaque application récolte, et à quelles fins.

Depuis cette semaine, ces fameux labels sont disponibles avec une mise à jour d’iOS 14, et Facebook avait raison de craindre le pire… Le label intégré à la description de son application figure parmi les plus longs de l’App Store, pouvant entraîner certains utilisateurs à y réfléchir deux fois avant de l’installer.

Voici ce qu’il indique :

Capture d'écran du label de Facebook dans l'App Store

Image : Capture d'écran / Siècle Digital

Un clash inévitable ?

En plus du label dans l'App Store, Apple compte limiter les capacités de trackings des plateformes. Plusieurs entreprises ont vivement réagi suite à l'annonce, en craignant notamment pour leurs revenus issus de la publicité ciblée. Facebook, sans grande surprise, en fait partie.

Pour se défendre, Facebook affirme que chacun peut modifier ses paramètres de confidentialité au sein de l’application, mais Apple a une toute autre façon de voir les choses : « Les dirigeants de Facebook ont clairement indiqué que leur intention était de collecter autant de données que possible sur les produits de première et de seconde main afin de développer et de monétiser des profils détaillés de leurs utilisateurs, et ce mépris de la vie privée des utilisateurs continue de s'étendre pour inclure davantage de leurs produits », a déclaré Jane Horvath, responsable de la protection de la vie privée chez Apple, dans une lettre aux groupes de défense des droits de l'Homme.

Si les deux mastodontes de la Silicon Valley se critiquent autant, c’est parce que leurs modèles sont opposés. La firme de Cupertino vend en effet du hardware haut-de-gamme, et au cours des dernières années, elle a mis en place de nouvelles fonctionnalités rendant la tâche plus difficile pour les entreprises tierces souhaitant récolter des données sur ses utilisateurs. Cette sécurité de la vie privée est mise en avant par Apple pour justifier le prix de ses appareils.

D’un autre côté, Facebook s’est construit en collectant des données précises sur ses utilisateurs pour les revendre à des marques qui les exploitent pour la publicité ciblée. Le réseau social explique d’ailleurs que c’est pour cette raison qu’il est à même de proposer autant de contenu gratuit aux internautes.

Une chose est sûre, les hostilités entre les deux firmes ne devraient pas aller en s’arrangeant… surtout si les nouveaux labels d’Apple auront des répercussions directes sur Facebook.