Le média Politico rapporte que plusieurs États américains, dont le nombre pourrait s’élever à 48, sont sur le point de lancer de nouvelles poursuites à l’encontre de Google. Encore une fois, des pratiques liées à son moteur de recherche sont dans le viseur des autorités.

Une plainte qui pourrait rejoindre la première

Décidément, la firme de Mountain View en prend pour son grade. Les États, menés par les procureurs généraux du Nebraska et du Colorado, s’apprêtant à porter plainte à son encontre lui reprochent d’avoir modifié le design du Search afin de compliquer la tâche à ses rivaux utilisant la recherche verticale, à l’image d’Amazon, de Yelp ou encore de TripAdvisor. Ces derniers se plaignent d’ailleurs de cette pratique depuis longtemps, puisqu’elle permet à Google de finalement mettre en avant ses propres produits. En conséquence, ses concurrents doivent accepter une baisse de leur trafic ou acheter des publicités.

Si ces accusations visent également le moteur de recherche de Google, elles sont différentes de celles portées par 11 États, récemment rejoints par la Californie, et le Département de la Justice américain. Celles-ci se portent majoritairement sur des contrats aux sommes astronomiques passés par la firme avec des concurrents comme Apple ou Mozilla pour que Google soit le moteur de recherche par défaut sur leur navigateur Internet.

Pour les nouvelles poursuites, les États prévoient de déposer plainte auprès de la même cour fédérale que pour les précédentes, à Washington D.C. Ainsi, les deux affaires pourraient être jointes pour alourdir les charges pesant contre Google.

Les autorités ne veulent plus rien laisser passer

Pour le moment, la firme de Mountain View n’a pas réagi à cette nouvelle annonce, mais sa ligne de défense jusqu’alors se résume ainsi : si Google exerce un monopole aussi important, ce n’est pas à cause de ses pratiques visant à écraser la concurrence, mais parce que les consommateurs choisissent ses produits pour leur qualité. Une chose est sûre, la justice n’est pour l’instant pas très convaincue, et si la société est déclarée coupable, elle pourrait être condamnée à un démantèlement de ses activités…

Google n’est pas l’unique géant de la tech visé par les autorités américaines, qui ont décidé de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière en enquêtant sur les pratiques des GAFA. Après une audience historique cet été, Amazon est également visée par une enquête, tandis que Facebook est elle aussi inculpée par le Département de la Justice pour abus de position dominante.