Grab Holdings et Gojek auraient fait d’importantes avancées dans les négociations visant à fusionner leurs deux entreprises, a rapporté Bloomberg en s’appuyant sur les informations de sources anonymes proches de l’affaire. Si cet accord vient à aboutir, et il semble être en bonne voie pour y arriver, il permettrait alors de donner naissance à la fusion la plus importante jamais effectuée en Asie du Sud-Est entre deux firmes issues du numérique.

Grab et Gojek, deux géants aux ambitions similaires

À son origine, Grab était une start-up spécialisée dans les services de taxis et VTC, mais ses activités se sont toutefois rapidement développées : livraison de nourriture, système de paiement numérique, banque en ligne, réservation d’hôtels, billetterie, assurances… Autant de domaines qui ont permis à l’entreprise singapourienne de devenir une super-app et d’atteindre, se faisant, les 14 milliards de dollars de valorisation.

De son côté, Gojek est née en Indonésie en 2009 et permettait à ses débuts, de mettre en relation des livreurs à moto avec leurs clients. Là encore, l’entreprise s’est rapidement développée pour étendre ses domaines d’activité (transport, logistique, livraison de nourriture, finances, divertissement, etc.) et ainsi se transformer en super-app valorisée à 10 milliards de dollars.

Non seulement ces deux mastodontes proposent des services similaires, mais ils s’affrontent également sur le même terrain géographique : l’Asie du Sud-Est. Dans ce contexte, les deux rivaux se sont livrés une bataille aussi féroce que coûteuse au cours de ces dernières années dans l’objectif d’asseoir leur domination. Une situation qui n’était pas au goût des investisseurs (dont la Softbank) qui, pour endiguer le gouffre financier instauré par cet affrontement et créer dans le même temps l’une des plus puissante sociétés de la région, ont incité les deux firmes à unir leurs forces à travers une fusion.

Des négociations en bon chemin, mais pas encore abouties

Une fusion qui semble aujourd’hui plus proche que jamais. Après une année durant laquelle de vieilles rivalités et guerres d’ego entre les dirigeants des deux sociétés ont ralenti le processus, les négociations seraient enfin en bonne voie pour aboutir. En effet, selon les informateurs de Bloomberg, les divergences d’opinion entre les deux entreprises auraient été largement réduites.

Parmi les points sur lesquels les deux sociétés ont réussi à tomber d’accord, on note par exemple la nomination d’Anthony Tan, co-fondateur de Grab, en tant que directeur général de l’entité fusionnée. Les dirigeants de Gojek, eux, géreraient la nouvelle entreprise en Indonésie. Aussi, l’une des sources de Bloomberg a déclaré que les deux sociétés pourraient être gérées séparément pendant une longue période de temps après la fusion.

Si les négociations semblent prendre une bonne direction, il n’est toutefois pas assuré que celles-ci aboutissent véritablement. D’un côté, il reste encore certaines parties de l’accord qui doivent être discutées entre les deux entreprises. De l’autre, l’accord devra recevoir l’aval des gouvernements et des autorités de régulation pour être effectif. Or, il est probable que celui-ci soulève d’importantes interrogations concernant les lois antitrust. De toute évidence, le chemin est encore long pour aboutir à une fusion des deux entreprises.