Grab, l’entreprise de VTC basée à Singapour continue sa stratégie d’élargissement de son offre. Le 25 février, le groupe bancaire Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) a annoncé investir 706 millions de dollars et la société informatique TIS INTEC 150 millions.

Les services financiers de Grab sont en pleine croissance

Depuis que ses services de transports ne rapportent plus autant, Grab ambitionne de devenir une super-application. L’application permet désormais de commander dans les restaurants, de réserver un ticket de cinéma ou un hôtel et plusieurs services financiers.

Dans la même catégorie

C’est justement les services financiers en question que la startup veut faire progresser grâce aux investissements de Mitsubishi UFJ Financial Group et TIS. Le groupe bancaire japonais ambitionne de « développer conjointement la prochaine génération de services financiers sur mesure en Asie du Sud-Est afin de stimuler l'inclusion financière dans la région ».

L’argent amené par TIS, société de solutions informatiques également japonaise, doit servir à développer l’infrastructure censée gérer l’activité des services financiers de Grab actuellement en pleine croissance.

Dans un communiqué, le président de Grab s’est félicité du signal envoyé par MUFG « l'investissement de MUFG dans Grab est un vote de confiance dans notre stratégie de super-applications et dans notre capacité à construire une entreprise durable à long terme ».

Des rumeurs de fusion avec Gojek, un concurrent direct

Ces manifestations de confiance, l’entreprise pourrait en avoir besoin dans les mois qui viennent. Valorisée à 14 milliards de dollars, grâce de nombreux partenariats avec SoftBank, Uber, Mastercard, Grab est aujourd'hui solide, mais une fusion avec son principal rival, l’indonésien Gojek, fait actuellement l’objet d'une rumeur persistante dans les médias spécialisés.

Selon TechCrunch, et malgré les dénégations des deux entreprises, des discussions auraient lieu depuis 3 à 5 mois. Gojek s’est étendu de la même façon que Grab, d’une application de transport à une super-application proposant toute sorte de services.

Pour le moment, faute d’accord sur le contrôle combiné de la future entreprise, les négociations n’auraient pas encore abouti. Si une telle fusion devait se faire, la future entreprise pourrait être confrontée à des difficultés réglementaires dans certains pays d’Asie du Sud-Est, de la même façon que Grab en a connu en reprenant les activités de Uber dans la région en 2018.