Alors que Facebook place les groupes au cœur de sa stratégie depuis plusieurs années, ils posent de plus en plus de soucis sur la question de la désinformation. Un constat qui pousse Facebook à revoir sa politique et à ralentir leur diffusion et leur promotion.

Les groupes de santé : un problème de taille pour Facebook

Les groupes sont des canaux de communication puissants, seulement voilà, ils sont aussi parfois vecteurs de désinformation. C’est en tout cas le constat que fait le réseau social depuis le début de la pandémie de Covid-19. Les équipes de Mark Zuckerberg ont décidé que dorénavant, si un groupe est supprimé pour avoir enfreint les règles du réseau social, ses membres et administrateurs ne pourront temporairement plus en créer de nouveaux. Si un groupe n’a pas d’administrateurs, il sera archivé.

La mesure forte annoncée par le réseau social est la suivante : les groupes liés à la santé ne seront plus jamais recommandés par l’algorithme de la plateforme. Pendant la période de confinement, dans le courant du mois d’avril 2020, Facebook a été contraint de renforcer sa lutte contre la désinformation. Le véritable combat se passe dans l’ombre, au sein même des groupes Facebook privés. De nombreux groupes sont accusés de diffuser des informations erronées et de favoriser les théories du complot, en particulier lorsque l’algorithme de recommandation de Facebook en fait la promotion. Pendant la période de confinement, la désinformation a même causé la mort de centaines de personnes.

Un simple pansement sur le problème de la désinformation ?

Évidemment, si l’algorithme met en avant les groupes en question, ils ont plus de chances de fédérer un nombre d’adhérents important. Les nouvelles réglementations du réseau social vont justement dans ce sens. L’objectif est d’éviter la propagation des fausses nouvelles, surtout dans la période dans laquelle nous nous trouvons, particulièrement propice à la désinformation. Désormais, si un administrateur cède sa place et que personne ne la prend, Facebook « suggérera » le rôle d’administrateur aux membres, puis archivera le groupe si cela échoue.

Facebook est triste de devoir en arriver là et précise que : « même si les groupes sont des espaces positifs pour donner et recevoir du soutien dans des circonstances de vie difficiles … il est crucial que les gens obtiennent leurs informations de santé de sources fiables et vérifiées ». Depuis plusieurs années Facebook se bat pour endiguer les groupes anti-vaccination. Malheureusement la puissance de ces groupes fait d’eux de puissants vecteurs de fausses informations sur la santé.

Le risque est dans la répétition de l’information qui, même si elle est fausse, peut souvent être confondue avec la réalité. Jusqu’à présent, les algorithmes qui mettent en avant ces groupes ne pouvaient pas faire la distinction entre fausses nouvelles et informations vérifiées. Facebook a tranché, ces groupes ne seront tout simplement plus recommandés. Même si cela ne règle pas le problème dans le fond, Facebook espère que cette mesure permettra de limiter l’impact de ces groupes à l’avenir. C’est une bonne chose même si nous pensons que cela ne suffira certainement pas.