L’enquête antitrust visant Google prend une autre tournure. D’après un rapport de Bloomberg publié le 12 septembre dernier, plus d’une dizaine d’États américains seraient prêts à rejoindre le Département de la Justice pour poursuivre la firme de Mountain View. En cause notamment, ses pratiques déloyales où tout est fait pour écraser la concurrence.

Les outils publicitaires dans le viseur

Ce sont surtout les outils publicitaires de l’entreprise qui sont pointés du doigt. Lors d’une audition récente au Sénat américain, on apprenait par exemple que Google détenait 90% des parts de marché des outils utilisés par les éditeurs pour diffuser des annonces. Il a également été prouvé que Search mettait en avant YouTube au détriment de ses concurrents dans les recherches relatives aux vidéos. Si Google affirme être en accord avec les éditeurs, notamment car elle partage ses revenus avec eux, les politiques américains ne l’entendent pas de cette oreille.

Des sources ont ainsi confirmé à Bloomberg que plusieurs États, principalement dirigés par des Républicains, souhaitaient s’allier avec le Département de la Justice dans sa plainte contre Google, faisant suite à une enquête qui dure depuis plusieurs mois déjà. Ces derniers n’attendent plus que de voir la plainte pour se décider, et des États démocrates pourraient, eux, continuer leur propre enquête sur le géant de la tech. Par ailleurs, un groupe de procureurs généraux s’intéresse aux pratiques possiblement déloyales du système d’exploitation mobile Android.

Du jamais vu depuis plus de 20 ans

Cette pratique est commune outre-Atlantique : les autorités fédérales et les États s’associent souvent lors d’enquêtes antitrust, avec des États qui refusent ou acceptent par la suite de rejoindre la plainte finale. Si cette douzaine d’États s’allie effectivement avec le Département de la Justice, alors il s’agira de l’action antitrust la plus importante dans le pays depuis la plainte contre Microsoft en 1998 où 18 États s’étaient associés, avec un impact important sur la firme de Redmond.

Cette fois-ci, Google aura peut-être plus de mal à s’en sortir qu’en 2013, lorsque la Federal Trade Commission avait finalement abandonné ses poursuites contre l’entreprise. Un autre membre des GAFA est actuellement visé par une enquête antitrust de grande ampleur. Récemment, l’État de New York a ainsi rejoint la Federal Trade Commission (FTC) pour étudier les pratiques anticoncurrentielles de la firme de Jeff Bezos.