WhatsApp intensifie sa lutte contre la propagation de fake news sur sa plateforme en lançant une nouvelle fonctionnalité. Celle-ci permet notamment d’informer les utilisateurs lorsqu’ils reçoivent des messages viraux n’ayant pas été composés par leurs contacts proches mais aussi de vérifier les informations présentées, explique le service de messagerie instantanée sur son blog.

Une fonctionnalité à plusieurs niveaux de protection

Disponible dès aujourd’hui, cette nouveauté se matérialise par l’apparition d’une icône représentant deux flèches, accompagnée de la mention « Transféré ». Elle apparaîtra jointe aux messages viraux envoyés sur WhatsApp. Grâce à elle, les utilisateurs pourront identifier en un simple coup d’oeil les messages qui n’ont pas été rédigés par leurs contacts proches, laissant ainsi sous-entendre qu’il s’agit de chaînes virales.

Un premier signal d’alerte qui est complété par l’arrivée d’un outil de recherche sur Internet, directement implanté dans WhatsApp. De fait, les messages viraux seront désormais également accompagnés d’une icône de loupe, se situant à leur droite. En cliquant dessus, les utilisateurs seront amenés vers une recherche Google permettant de vérifier les informations présentées.

Finalement, cette fonctionnalité offre une sécurité à deux niveaux contre les fake news : d’abord en alarmant, puis en informant correctement les utilisateurs de WhatsApp. De la même façon, ces derniers, qui pourront désormais vérifier plus facilement les messages viraux reçus, seront moins enclins à repartager ces derniers à d’autres de leurs contacts. Une façon efficace d’endiguer leur propagation, tout en restituant la vérité.

WhatsApp poursuit sa lutte contre la désinformation

Cette nouvelle fonctionnalité est dans la continuité des efforts menés par l’application de messagerie instantanée pour lutter contre la désinformation sur sa plateforme. Au mois de mars, elle avait par exemple établi un partenariat inédit avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), UNICEF et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) afin de combattre les fausses informations circulant à propos du Covid-19. Quelques mois plus tard, elle travaillait également avec l’État français pour la mise en place d‘un chatbot ayant, là aussi, pour objectif de combattre les fake news sur le Coronavirus, tout en faisant la promotion de la distanciation sociale et des gestes barrières.

Autant d’efforts qui semblent s’être avérés payants puisqu’en avril, WhatsApp affirmait avoir réussi à réduire de 70% l’envoi de messages de désinformation. Un chiffre qui devrait encore augmenter grâce à l’arrivée de cette dernière nouvelle fonctionnalité.