En pleine crise sanitaire, la néobanque allemande, N26, continue son bout de chemin avec une levée de fonds de 100 millions de dollars, son objectif est de faire face au ralentissement économique induit par le Covid-19. Alors qu’elle a quitté, il y a quelques mois le Royaume-Uni, cette croissance maintenue pourrait lui permettre d’accéder au marché brésilien sans encombre, à l’avenir.

100 millions de dollars pour garder la tête haute malgré la crise

N26 considère être “l’une des entreprise les plus appréciées en Europe”, c’est en tout cas ce qu’a indiqué le PDG de la néo banque, Valentin Stalf. Il a ajouté ceci : “Il ne s’agit pas seulement de savoir où nous en sommes aujourd’hui, mais où nous allons être dans cinq à dix ans”. Ainsi, celle qui compte aujourd’hui plus de 5 millions d’utilisateurs dans le monde est bien décidée à ce que son histoire dure.

Et alors que l’avenir de nombreuses entreprises est incertain à cause du coronavirus, N26 a adopté une stratégie qui lui est propre : lever 100 millions de dollars pour affronter l’après crise avec plus de sérénité. Dans cette nouvelle levée de fonds, N26 a été soutenue par le chinois Tencent, mais aussi par Valar Ventures.

Cette levée de capitaux était en pourparlers en amont de la crise du coronavirus, le PDG a précisé “Nous avons toujours été une entreprise bien financée. Pour nous, c’est l’occasion de lever plus de capitaux. À l’heure actuelle, chaque entreprise se concentre sur les deux ou trois prochaines années et sur la manière dont nous traversons la crise. Nous voulons juste être très bien préparés, c’est pourquoi nous avons décidé de faire cette levée maintenant”.

N26 a déjà commencé à subir les conséquence du Covid-19

En mars déjà, N26 a ressenti une baisse sur sa croissance d’utilisateurs, en raison du confinement qui s’est imposé peu à peu en Europe. Dans le même temps, comme le souligne CNBC, l’établissement allemand a observé une hausse de nouveaux clients dans les pays qui approchaient cette période de confinement.

Malgré cette levée de fonds et en raison des impacts que peut avoir la crise sanitaire sur son activité, N26 a décidé, comme beaucoup d’autres entreprises, de réduire ses dépenses. Ses fondateurs ont réduit leurs salaires de 25% et 150 employés allemands et autrichiens font partie d’un programme de subventions mis en place par les deux pays. L’enveloppe budgétaire a également été réduite dans plusieurs secteurs, dont le marketing.