Les affaires vont plutôt bien pour N26. La néobanque a franchi, récemment, le cap des 5 millions de clients dans le monde. Celle qui voudrait atteindre à terme 100 millions de clients va cependant voir son nombre de clients baisser très prochainement. En effet, suite au Brexit, la néobanque allemande a annoncé sur son blog qu’elle n’était plus en capacité de faire perdurer son activité au Royaume-Uni, elle va donc perdre ses clients britanniques.

Tous les comptes N26 clôturés d’ici le 15 avril prochain

N26 subit aujourd’hui les conséquences du Brexit. La banque en ligne allemande a annoncé qu’elle devrait quitter le Royaume-Unis d’ici quelques semaines. Au plus tard le 15 Avril, N26 devra avoir clôturé officiellement l’ensemble des comptes de ses clients dans le pays.

Dans la même catégorie

Pour cause, le Brexit est effectif depuis le 31 janvier dernier et cela ne permet plus à la banque d’opérer dans le pays avec sa licence bancaire européenne. C’est pour cette raison que rapidement, les équipes de N26 vont envoyer à leurs clients “un avis de résiliation officiel”, les incitant à retirer ou virer leurs économies vers un autre compte. Cette démarche devra être faite avant le 15 avril. Passé ce délai, l’argent restera disponible mais il faudra suivre un processus plus conséquent et notamment passer par une page internet dédiée pour récupérer cet argent.

La néobanque dit vouloir se concentrer sur d’autres marchés

Depuis son arrivée en Octobre 2018, N26 avait su convaincre plusieurs milliers de clients anglais chaque jour. L’établissement financier en ligne a annoncé vouloir se concentrer sur d’autres marchés, comprendre ici d’autres pays. En se consacrant à son développement en Europe, elle compte également conquérir le marché américain.

Quant à demander une licence britannique ou chercher une autre solution, cela n’est visiblement pas dans les plans de la néobanque. Un représentant a indiqué, sur Twitter, qu’il n’allait pas être possible de “continuer sur le marché dans ces circonstances”.
Reste maintenant à voir comment cela se passera pour ses concurrents, notamment pour Revolut, puisque l’établissement de services financiers est lui aussi présent au Royaume-Uni.