Une startup canadienne, du nom de DarwinAI, est sur le point de créer un outil qui pourrait permettre de détecter les infections au Covid-19 à partir de simples radiographies. L’intelligence artificielle est capable de prouesses dans le domaine de la santé. C’est le moment où jamais de le prouver. Cette IA pourrait même donner une indication aux professionnels de la santé sur la gravité de l’infection.

DarwinAI pourrait être d’une grande aide dans la lutte contre le Covid-19

Les hôpitaux du monde entier sont totalement démunis face à la pandémie actuelle. Une nouvelle maladie signifie qu’il faut repartir à zéro car nous n’avons aucune connaissance sur la maladie. C’est là toute la difficulté pour les professionnels de santé. Si on ajoute à cela que les kits de dépistage ne sont pas produits en quantités suffisantes, le problème se complexifie. DarwinAI, une startup canadienne issue de recherches menées à l’université de Waterloo, travaille sur une IA qui pourrait aider les médecins à faire face au Covid-19.

Grâce au deep learning, la startup pense avoir mis au point un outil qui pourrait aider les médecins à prendre des décisions cruciales. DarwinAI s’est penchée sur la question et s’est demandée si l’IA pouvait avoir un rôle à jouer dans la lutte contre le Covid-19. La réponse pourrait bien s’avérer positive. Alexander Wong, fondateur de la société, a développé COVID-Net : un réseau neuronal convolutif profond. Un outil capable de détecter une infection du Covid-19 à partir d’une radiographie. Si pour le moment les dépistages classiques se font à l’aide d’un prélèvement nasal, cette nouvelle méthode pourrait tout changer.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, une radiographie pulmonaire peut être réalisée très rapidement. L’IA développée par DarwinAI pourrait interpréter cette radiographie à la place des médecins. De cette manière, les résultats pourraient sortir beaucoup plus vite. L’apprentissage profond excelle dans l’analyse d’images. Grâce à un système formé à l’aide de 5 000 rayons X, COVID-Net a pris du service fin mars et pourrait être proposé en accès libre dans quelques semaines, selon son créateur.

L’IA a déjà fait ses preuves dans le milieu de la santé

D’autres intelligences artificielles ont déjà prouvé leur efficacité dans le milieu médical. On se souvient de cette IA du MIT, capable de prédire le cancer du sein jusqu’à cinq ans à l’avance. Là aussi, les chercheurs se sont basés sur un modèle de deep learning comprenant les mammographies de plus de 60 000 patientes traitées au Massachussetts General Hospital. Baptisée LYNA, cette IA serait capable de détecter des tumeurs métastatiques du cancer du sein avec une précision de 99%.

Une autre intelligence artificielle de l’entreprise FDNA, basée à Boston, est capable d’examiner précisément les traits du visage d’un humain pour détecter des maladies rares. Un système basé sur l’intelligence artificielle et élaboré à la suite d’une étude fondée sur 17 000 visages d’enfants avec plus de 2000 syndromes génétiques différents. Une petite dose d’optimisme dans une période sombre.