Depuis le début de la pandémie mondiale de Covid-19, les plateformes sociales sont devenues incontournables, voire indispensables, pour les citoyens qui se doivent de rester chez eux pour endiguer la propagation du virus. Conséquence : le trafic explose sur l’ensemble des réseaux sociaux, mais aussi sur les services de messagerie instantanée. WhatsApp, par exemple, a vu son trafic global augmenté de 40%.

L’utilisation de WhatsApp explose à travers le monde…

Pour faire face au confinement et à la distanciation sociale, la majorité des citoyens confinés à travers le monde recourent aux réseaux sociaux afin de garder contact avec leurs proches. Un comportement qui a impact majeur sur le trafic des différentes plateformes sociales. L’entreprise Kantar a mené son enquête sur une période de 10 jours auprès de 25 000 utilisateurs afin de prendre toute la mesure du phénomène.

C’est dans un rapport détaillé que l’on découvre ainsi que WhatsApp est le service qui connaît la plus grande hausse de trafic suite à la crise mondiale actuellement en cours. Au global, l’application a enregistré une hausse de 40% de son utilisation. Un chiffre qui augmente jusqu’à 51% en moyenne pour les utilisateurs habitant dans des pays où la pandémie en est à sa dernière phase.

Plus impressionnant encore, l’utilisation de WhatsApp en Espagne aurait augmenté de 76% ces derniers temps : un record. Enfin, l’étude révèle que ce sont majoritairement les usagers âgés de 18 à 34 ans qui ont connu la hausse la plus importante de leur utilisation de l’application.

… Mais ce n’est pas la seule application concernée

Évidemment, cette hausse du trafic est constatée sur toutes les plateformes sociales majeures. Toujours selon cette étude, l’utilisation des applications sociales chinoises aurait connu une augmentation de 58%, quand, dans le même temps, Facebook aurait enregistré une augmentation de 37% de son trafic. Un chiffre cohérent avec une déclaration récente de deux ingénieurs du réseau social qui expliquaient leurs difficultés à maintenir leurs services en fonctionnement.

Même bilan chez Twitter qui a constaté une forte hausse de son trafic parallèlement à une chute de ses revenus et chez Snap Camera, une application détenue par la maison-mère de Snapchat, qui a vu son nombre de téléchargements être multiplié par 10.

La méfiance règne

Malgré ces hausses impressionnantes de trafic, l’étude révèle que les utilisateurs ne font pas confiance aux plateformes sociales pour prendre connaissance d’informations importantes liées au Covid-19. En effet, seules 11% des personnes interrogées estiment que les réseaux sociaux sont “dignes de confiance” à ce sujet.

Pourtant, les différents réseaux sociaux multiplient leurs efforts pour combattre la désinformation. Snapchat, par exemple, a mis en place un mini-jeu sous forme de quiz pour combattre les fakes news liées au virus et WhatsApp a lancé un partenariat inédit avec l’OMS et l’UNICEF dans le même objectif. De son côté, Instagram a également lancé une fonctionnalité afin de faciliter l’accès de ses utilisateurs à des informations officielles. Des mesures qui, manifestement, ne sont pas suffisantes pour gagner la confiance de la majorité des usagers.