Alors que les géants de la tech dévoilent leurs stratégies pour le marché du cloud en 2020, des nombreux data centers sortent de terre, et leurs impacts sur l'écologie inquiètent. Ceux-ci craignent entre autre que l'accroissement du cloud ne génère une augmentation de la consommation en électricité et une pollution encore plus importante qu’elle ne l’est déjà. Une nouvelle étude publiée dans la revue Science viendrait cependant contrer cela.

Le cloud computing a bondi de 600%, mais sa consommation en énergie seulement de 6%

Les chercheurs ont basé leur étude sur une période de huit années, de 2010 à 2018. Ils ont observé que durant cette longue période, l’activité du cloud computing s’était fortement développé et avait bondi de 600%. Son impact sur la consommation d’électricité est cependant resté limité, puisque cela n’a entraîné une hausse que de 6%.

Cette large disparité entre la croissance et la consommation est due au fait que des acteurs important de l’industrie, comme Google, Amazon, IBM, ou Microsoft par exemple, ont considérablement augmenté leur utilisations de nouvelles technologies. Parmi elles, de nouvelles puces ou encore de nouvelles solutions de ventilation sur mesure. Cependant, ces solutions peu gourmandes en énergie n’ont pas été mises directement à portée de mains des entreprises, et cela se voit lorsqu’on se penche sur la consommation énergétique de ces entreprises de 2005 à 2010. En effet, en 5 ans, celle-ci avait augmenté de 56%.

Le secret serait une multitude de solutions

Le cloud computing n’a pas arrêté de se développer, et continuera de le faire pendant encore longtemps. La solution des grandes entreprises viendrait du fait qu’elles n’aient pas souhaité dépenser énormément d’argent et ainsi qu’elles ont, à un moment donné, décidé de créer de grands centres de données pour abandonner les plus petits. Comme une usine, les économies d'échelles ont ainsi plus d'impact.

Dans le cas de Google, des économies ont été faites. Le géant américain génère aujourd’hui sept fois plus de puissance qu’en 2015 mais n’utilise pas d’énergie supplémentaire. Son secret serait dans la conception de Tensor Processing Unit (TPU) ultra performants, combinés à l’utilisation de l’apprentissage automatique (machine learning) pour optimiser le refroidissement. Google a également développé des fermes solaires, comme Apple, pour rendre ses centres plus neutres en carbone. Les deux géants ont aussi commencé à utiliser de l’énergie verte pour leur consommation d’énergie.

Globalement, les centres de données du monde entier n'utiliseraient que 1% de l’électricité mondiale. Selon plusieurs scientifiques, ce taux devrait rester le même pendant encore quelques années.