Tencent est la deuxième société la plus importante de Chine, juste derrière Alibaba. Alors que la valeur de l'entreprise est estimée à 490 milliards de dollars, elle n’hésite pas à utiliser sa fortune pour investir à un rythme plutôt soutenu. Aujourd’hui, selon Reuters, l'entreprise a décidé d'axer ses investissements sur la vente de produits intelligents pour le secteur de la distribution, en privilégiant des structures hors de Chine.

Tencent pourrait stopper ses investissements dans les jeux vidéos

À l’heure actuelle, le géant chinois a déjà investi dans plusieurs centaines d’entreprises. Parmi elles, 70 sont cotées en bourse et au moins 160 sont évaluées à plus d’un milliard de dollars. Jusque-là, les établissements sélectionnés étaient, en grande partie, axés sur les jeux vidéos. En effet, Tencent est notamment le propriétaire de Riot Games, l’entreprise qui a lancé League Of Legends, il détient aussi 84,3% des parts de Supercell, ou encore 80% du côté de Grinding Gear Games. Et cela n’est qu’une petite partie de ses possessions.

Si l'entreprise songe à stopper ses investissements dans les jeux vidéos, c’est justement pour se consacrer à d’autres secteurs. La compagnie espère notamment concrétiser des investissements à l’étranger. Ces nouveaux investissements ont déjà débuté, avec Lydia et Qonto, deux start-up françaises qui ont effectué des levées de fonds ces derniers jours.

Le géant chinois va miser sur les plateformes de paiements

C’est durant une présentation, devant 500 entreprises qui disposent d’aides de la part de Tencent, que le patron de la société, Martin Lau a fait son annonce. L'objectif va désormais être de viser des structures ayant besoin de financement dans le monde entier, tout en privilégiant les projets de plateformes de paiements et la vente au détail de produits intelligents.

Ce retrait du domaine des jeux vidéos n’aura pas d’impact sur les investissements déjà effectués par le chinois. Si certaines sociétés espéraient obtenir de l’aide pour produire des jeux par exemple, il leur faudra trouver une autre solution. Dans un premier temps, seul WeChat sortira gagnant de ce choix puisque le géant chinois continuera de développer, en priorité, sa plateforme de paiements.