En présence du secrétaire général de l’OCDE, le ministre français de l’Économie et des Finances a réaffirmé sa volonté de maintenir la taxe numérique en France à moins d’un accord international ce vendredi 17 janvier.

« Une seule proposition sur la table, celle de l’OCDE »

Bruno Le Maire a rencontré aujourd’hui le secrétaire général de l’OCDE Angel Gurria. À l’occasion d’un point presse organisé à l’issue de cette rencontre le ministre a maintenu la position de la France sur la taxe numérique plus connue sous le nom de taxe GAFA, « La France retirera sa taxe nationale quand et seulement quand il y aura une solution internationale ».

Il a également insisté sur son ambition de parvenir à un accord pour une taxe internationale à l’OCDE, « la seule solution raisonnable, sage et efficace », estime Bruno Le Maire relayé par Reuters.

Les États-Unis hostiles à la taxe ont mené une enquête avec pour but de rendre la pareille à la France en établissant des droits de douane contre les produits de l’hexagone. Suite à un appel le 6 janvier entre Bruno Le Maire et Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor américain, une trêve de 15 jours a été établie.

Le secrétaire de l’OCDE, Angel Gurria a, de son côté, insisté sur le caractère non souhaitable de la multiplication de taxe numérique nationale. Plusieurs pays y pensent comme le Japon, certains ont déjà franchi le pas en imitant les Français, c’est le cas de l’Italie.

Un plan pour remplacer la taxe ?

Le ministre français a annoncé qu’il rencontrera Steven Mnuchin à l’occasion du Forum économique mondial de Davos, qui doit se tenir entre le 21 et le 24 janvier, pour aborder la question de la taxe GAFA.

Pour Bruno Le Maire la « seule proposition sur la table, c’est celle de l’OCDE ». Si un accord global est trouvé autour de ce principe, un plan de travail pourrait être mis en place. Les détails techniques devraient être négociés en vue de la prochaine réunion de l’OCDE, en juin. Avec un accord en juin, un texte définitif pourrait arriver d’ici la fin de l’année 2020. L’épopée de la taxe numérique amorcée en mai 2019 est encore loin d’être close.