La taxe GAFA initiée par la France n’a pas l’air de plaire beaucoup pas au gouvernement américain et a même le don d’énerver tout particulièrement le président Trump. Une grande enquête a été menée par les États-Unis pour définir des mesures contre la France. Les conclusions tomberont la semaine prochaine.

Taxe GAFA : les États-Unis se sentent visés

En mai, la taxe GAFA était approuvée par le Sénat français. Il est bon de préciser que cette taxe est faussement nommée puisqu’en réalité, elle ne s’adresse pas uniquement à ces 4 très grandes entreprises, mais touche plutôt une trentaine de sociétés dont Spotify, Meetic, Criteo, ou encore Leboncoin font aussi partie. La France est le premier pays à avoir pris la décision de taxer les grandes entreprises technologiques en fonction de leur activité sur un territoire précis.

Le bureau de l’USTR (United States Trade Representative) a déclaré cette semaine que : “le représentant américain dédié au commerce extérieur est sur le point d’achever son enquête sur la taxe GAFA initiée par la France pour taxer les entreprises technologiques. Nous proposerons des mesures adéquates”. Selon plusieurs responsables américains, cette taxe GAFA menacerait la survie des géants technologiques américains, tels que Facebook ou Amazon. On a quand même du mal à y croire. Le gouvernement américain espère faire reculer la France en répondant coup pour coup.

Quels sont les risques pour la France ?

Vous l’aurez compris, les États-Unis ne voient pas cette loi d’un très bon œil. Ils estiment que la majorité des grandes entreprises technologiques sont américaines et que cette loi vise directement le pays. C’est en partant de ce constat que le gouvernement a décidé de mener son enquête pour proposer des actions contre la France. Souvenez-vous, récemment Donald Trump menaçait la France de mettre en place une taxe de 25% sur les vins et les fromages français. Dans le vignoble bordelais, où les viticulteurs exportent près de 20% de la production vers les États-Unis, cette annonce a été très mal vécue.

Oui mais voilà, désormais la France n’est plus le seul pays à avoir mis en place une telle taxe. En effet, l’Italie a prévu de lancer sa propre taxe GAFA en 2020 et la République tchèque aussi. Pour Robert Lighthizer, représentant au Commerce pour les États-Unis : “la structure de ces nouvelles taxes tout comme les déclarations des responsables des pays qui l’adoptent, laissent suggérer que cet impôt cible de manière inéquitable certaines entreprises technologiques américaines. Il faudra patienter jusqu’à lundi pour savoir ce que nous réserve le gouvernement américain.