L’agence spatiale américaine a présenté les nouvelles combinaisons qui permettront aux astronautes de la mission Artemis de retourner sur la Lune. Elles sont plus sûres, plus intelligentes et beaucoup plus confortables.

Une base similaire mais des améliorations technologiques

Connue sous le nom de xEMU, cette combinaison n’est encore qu’au stade de développement. Ses caractéristiques semblent en revanche être plus ou moins définitives. La base reste la même : les scaphandres ressemblent clairement à ceux qui avaient permis aux astronautes d’Apollo 11 de marcher sur la Lune. Une base commune certes, mais de nombreuses améliorations tout de même. Les paramètres de sécurité de cette combinaison ont par exemple largement été revus.

En effet, les astronautes modernes pourront enfiler cette combinaison beaucoup plus rapidement que dans les années 70. Le paramètre de mobilité est aussi clairement amélioré, les astronautes pourront se mouvoir plus facilement dans cette nouvelle génération de combinaisons. La NASA précise que des essais en orbite sont prévus pour 2023. Voici une fiche technique des différentes caractéristiques de xEMU :

La NASA présente les nouvelles combinaisons.

Crédit : NASA

La NASA n’a pas souhaité repartir d’une page blanche mais plutôt améliorer les points faibles du modèle existant. À notre plus grand désespoir, il n’y aura pas de grande nouveauté en terme de design, vous l’aurez compris. La NASA considère ce scaphandre comme : “un vaisseau spatial personnalisé qui imite toutes les protections contre l’environnement hostile de l’espace et les ressources de base que la Terre et son atmosphère fournissent”.

L’accent est mis sur la mobilité des astronautes

Parmi les améliorations notables, nous retrouvons également la possibilité pour les astronautes de pouvoir atteindre leur propre torse avec leurs bras ou encore la possibilité de soulever une charge au-dessus de leur tête. Les articulations au niveau des genoux seront aussi plus souples et leurs bottes faciliteront aussi l’accroupissement et le relèvement. Voilà qui devrait faciliter leurs déplacements une fois là-haut.

Un balayage 3D du corps de chaque astronaute est réalisé pour permettre d’adapter exactement la combinaison à la morphologie de chacun des membres de la mission Artemis. Certaines pièces seront toutefois modulaires et donc remplaçables. Par exemple, la visière du casque a une couche de protection qui peut facilement être remplacée par une autre si jamais elle est endommagée.

Dernier point : les bonnets connectés (vous savez, ces bonnets noirs qui faisaient une drôle de tête aux astronautes) vont disparaître et seront remplacés par un simple micro et des écouteurs sans fil à commande vocale qui fourniront une qualité audio bien meilleure et permettront surtout aux astronautes de moins transpirer.