Sur Internet, nous avons presque tous pris l’habitude de nous inscrire à un site en utilisant un bouton « se connecter avec Google » ou « se connecter avec Facebook ». C’est pratique, rapide, et efficace. L’on peut parfois préférer une solution plus sûre avec un outil de gestion de mots de passe comme Dashlane. En plus des deux acteurs principaux que sont Facebook et Google, Snapchat prépare une solution similaire appelée Snap Kit.

C’est le magazine Techcrunch qui a noté l’arrivée de cette plateforme, avec la confirmation de différentes sources. Snap Kit ne s’arrêtera pas qu’aux logins, puisque d’autres applications pourraient également intégrer des Bitmojis (société rachetée par Snap Inc.) ainsi que l’ensemble des fonctionnalités de caméra auxquels les utilisateurs ont accès sur Snapchat. Des discussions seraient déjà en cours avec d’autres entreprises pour intégrer Snap Kit.

Dans la même catégorie

Longtemps, Snapchat a souhaité prospérer en vase clos, le point de départ étant le refus de rachat par Facebook. Le réseau social a continué d’évoluer en souhaitant ne pas mettre au travail les données de ses utilisateurs. Cette volonté est allée jusqu’à mettre la société en danger lorsque Facebook a lancé des stories sur Instagram, Facebook, et Messenger. Désormais, beaucoup de données des utilisateurs peuvent être utilisées pour la publicité. Il ne manquait plus qu’une ouverture d’API vers des applications tierces.

Si l’on ne sait pas encore dans quels services on pourra se connecter avec Snapchat, il s’agira très certainement d’applications adaptées à l’audience du réseau social. Ainsi, Konbini ou Quotidien pourrait proposer ce service pour que les utilisateurs créent un compte. C’est d’autant plus intéressant lorsque l’on sait que les jeunes délaissent de plus en plus Facebook, et n’ont probablement pas de comptes G Suite. Par la suite, ces mêmes applications pourraient se créer leurs propres filtres dans des partenariats de brand content en utilisant les technologies de réalité augmentée créées par Snap Inc.

Les possibilités sont aussi diverses que les arguments pour. Il est intéressant de voir la société amorcer enfin un changement d’approche quant à son ouverture sur le reste de l’univers digital. Si Evan Spiegel souhaite sauver son bébé, il faudra certainement passer par là.

Également, cette ouverture sur le reste du monde pourrait amorcer une approche similaire à celle de WeChat, détenue par Tencent. Ce dernier possédant 12% de Snap pourrait forcer la main à plus d’intégrations tierces. Peut-être que dans un futur proche, Snapchat proposera un moyen de paiement, transfert d’argent, etc.