Cela ne serait pas un scoop d’apprendre qu’une plateforme sociale s’inspire et copie quelques fonctionnalités de tel ou tel réseau social. Nous avons largement rédigé sur Instagram et l’arrivée des Stories calquées sur Snapchat. Sans parler que Facebook a fait de même jusqu’à les mettre sur la version ordinateur. Bref, à présent c’est LinkedIn qui voit son terrain de jeu lorgné par Facebook. Selon les tests effectués sur certains profils, il est possible de personnaliser son CV pour les chasseurs de têtes.

On connaissait déjà la possibilité de partager en public ou seulement auprès des connaissances plusieurs informations professionnelles et personnelles à travers l’onglet « à propos » : lieux habités, coordonnées et informations générales, membre de la famille et d’autres détails comme les opinions religieuses et politiques. Autant d’informations permettant d’affiner votre ciblage publicitaire auprès des annonceurs. Mais la fonctionnalité « curriculum vitae » en test est à destination des recruteurs. Cela s’apparenterait à un CV public.

facebook profil cv

Capture écran du profil actuel sur mobile (app).

L’intérêt du marché de l’emploi pour Facebook est loin d’être nouveau. Depuis plusieurs années maintenant, Facebook a inscrit dans ses partenaires « premium » la solution franco-américaine Work4. Cette dernière, du fait de son statut, a accès à l’API globale des données de Facebook (contrairement aux annonceurs classiques) permettant de sourcer des profils sur Facebook et de diffuser des offres d’emploi. Pour l’avoir vu en action, la solution est performante et ne limite pas aux données que vous transmettez volontairement sur Facebook. La déduction de l’algorithme est impressionnant.

Pour autant, on peut se poser la question de la pertinence d’un positionnement de Facebook sur ce marché déjà bien occupé par LinkedIn. À mon avis, l’intérêt n’est pas pour les milliards de membres, mais bien pour les recruteurs. Ces derniers seront sûrement prêts (et ont les moyens) de louer ce genre de donnée pour leurs besoins. Cela fait écho à la fonctionnalité test de LinkedIn « Talent Insights ».

Au-delà même du potentiel financier de l’analytique RH, Facebook se positionne petit à petit sur le marché BtoB. Le cas de Workplace est un bon exemple. Cependant, le plus dur est de séduire les professionnels de l’intérêt à se positionner non pas en tant qu’annonceur, mais en tant que base de données. Le premier cas reste ancré dans les mœurs des pros.

A propos de l'auteur

Co-fondateur et éditeur de Siècle Digital - Plusieurs expériences dans le digital planning, le trafic management et le social media. J'étudie et je me documente beaucoup sur les notions d'influence et de psychologie sociale et cognitive.

Send this to a friend