La stratégie d'Apple envers les publicités est en train d'évoluer. En effet, la marque à la pomme vient de changer ses règles sur les transactions de son magasin d'applications, l'App Store. Lors d'un achat in-app, les entreprises doivent reverser une taxe à Apple et cela doit également concerner les paiements effectués pour mettre en avant du contenu sur les réseaux sociaux. Cette nouvelle a rendu Meta furieux qui n'a pas hésité à faire part de son mécontentement.

Un changement de stratégie du côté d'Apple qui ne plaît pas à Meta

Depuis plusieurs mois, Apple avait annoncé qu'elle changerait sa stratégie publicitaire en incluant notamment plus de publicité dans l'App Store. Le 24 octobre 2022, la firme de Cupertino confirme qu'elle va bien mettre plus d'encarts publicitaires dans son magasin d'applications afin d'inviter les éditeurs à faire de la publicité pour promouvoir leurs créations. En parallèle, Apple a également mis à jour les règles de l'App Store très discrètement.

Et ces règles touchent tout particulièrement les réseaux sociaux de Meta. Tout gestionnaire de page sur Facebook ou Instagram a la possibilité de booster une publication. Pour une somme d'argent prédéfinie, il est possible de faire en sorte que son contenu soit plus visible sur la plateforme. Si un utilisateur choisit de passer par son iPhone ou son iPad pour réaliser cette transaction, celle-ci sera désormais considérée comme un achat in-app et sera donc soumise à la commission de 30 % que récupère Apple pour tout achat in-app.

Le porte-parole de Meta, Tom Channick, s'est exprimé auprès de The Verge sur la nouvelle politique mise en place par le fabricant de l'iPhone : « Apple continue de faire évoluer ses politiques pour développer sa propre entreprise tout en sapant les autres dans l'économie numérique. Apple a précédemment déclaré qu'il ne prenait pas de part des revenus publicitaires des développeurs et a maintenant apparemment changé d'avis ».

Pour Meta, les éditeurs paieront bien plus qu'auparavant sans obtenir une meilleure visibilité

Lors du procès opposant Epic Games à Apple pour pratiques antitrust, le dirigeant de l'App Store, Phil Schiller, avait tenté de se défendre en affirmant que son entreprise n'avait jamais obligé les développeurs à payer une commission pour booster ses revenus publicitaires. Avec sa nouvelle stratégie, cela ne sera plus le cas.

Le fait que les entreprises paient pour mettre en avant leurs contenus est quelque chose de classique pour les réseaux sociaux. Toutefois, si une marque sollicite Instagram ou Facebook pour promouvoir une de ses publications directement depuis une application sur un appareil Apple, la firme de Cupertino pourra s'adjuger 30 % de tout achat réalisé in app, conformément aux nouvelles règles établies.

Peter Ajemian, le porte-parole d'Apple, a tenté de justifier l'introduction de cette nouvelle règle en affirmant que l'entreprise avait depuis bien trop longtemps mis de côté l'aspect des paiements in-app et de la publicité, et qu'il était temps de faire un pas de plus dans cette direction. Pour Meta, en s'insérant dans le processus de promotion de publications sur les réseaux sociaux tout en prélevant des frais sur les achats intégrés, Apple réduirait l'efficacité des dépenses publicitaires des petites entreprises et des influenceurs.

En effet, le groupe affirme qu'il sera obligé d'augmenter le prix de l'amplification des publications pour remédier à la perte d'argent liée aux frais imposés par Apple.