Selon le rapport du troisième trimestre 2022 de Space Capital, entreprise de capital-risque spécialisée dans les technologies spatiales, les sociétés du secteur sont dans l’obligation de réduire leurs ambitions. Les investisseurs sont plus réticents à investir dans des projets non rentables rapidement par les temps qui courent, avec l’inflation, les conflits géopolitiques et les manques d'approvisionnement.

Une baisse d’investissement sur le secteur de 44 %

D’après le bilan trimestriel de Space Capital, 3,4 milliards de dollars ont été investis dans 79 entreprises spatiales lors du dernier trimestre, ce qui représente une baisse de 44% par rapport à la même période en 2021. Space Capital suit 1 753 entreprises du secteur qui ont levé 267,9 milliards de dollars ces dix dernières années.

L’étude indique que certains pans sont plus touchés. Les investissements dans les entreprises de technologie spatiale, qui s'occupent des données liées à l'espace, ont chuté de 80 % au troisième trimestre pour atteindre environ 1 milliard de dollars, contre presque 5 milliards de dollars l'année précédente. Les cycles de financement, c’est-à-dire le nombre de prêts ou l’augmentation du capital des entreprises, ont aussi chuté de 26 % depuis le début de l’année 2022.

D’après le fondateur de Space Capital, Chad Anderson, il s’agit d’une baisse logique, une correction d’« une exubérance irrationnelle » du marché en 2021. Concrètement, selon lui, les entreprises ont conclu d’énormes transactions l’an dernier avec des estimations très optimistes. Aujourd’hui avec les différentes crises, les investisseurs sont plus prudents sur l’ensemble des vérifications réalisées avant de placer leur argent. Le fondateur associe cette chute à l’impact de la hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale aux États-Unis (FED).

Un vent d’espoir pour l’économie spatiale

Dans sa déclaration, Chad Anderson se réjouit que les transactions aient déjà repris au cours des dernières semaines. Selon le fondateur, l’économie spatiale est à l’opposé des cycles financiers habituels et des aspects géopolitiques, « Alors que le monde devient mouvementé et plus incertain, avec la guerre en Ukraine, les problèmes géopolitiques ailleurs, les problèmes de chaîne d'approvisionnement, les entreprises et les gouvernements veulent plus d'informations, pas moins. Ces entreprises leur fournissent ces informations essentielles » argumente le businessman.

Dans son rapport, Space Capital divise l’industrie spatiale en plusieurs catégories. Les statistiques dévoilent que les entreprises en développement bénéficient le trois-quarts des transactions. Les investisseurs cherchent à trouver le futur Space X, les jeunes structures travaillant sur les lanceurs attirent particulièrement.

Avec le projet Artemis, la NASA souhaite que les humains reposent les pieds sur la lune d’ici 2025 pour y construire une base lunaire. Les projets qui gravitent autour sont des mines d'or pour les investisseurs sur les nouvelles technologies comme les stations spatiales, les transports comportant les atterrisseurs lunaires ou les projets de réduction des débris spatiaux.