Alors que l'accès à Twitter est officiellement interdit en Chine, le pays est devenu l'un des principaux clients de la plateforme sur le marché publicitaire.

Twitter ne peut plus se passer de la Chine

Selon une récente enquête de Reuters, les autorités locales, les bureaux de propagande du Parti communiste chinois et les districts du pays affluent sur Twitter pour acheter des publicités en masse. Aujourd'hui, la Chine représente le marché avec la croissance la plus rapide jamais enregistrée par la plateforme américaine et l'une de ses plus importantes sources de revenus, en dehors des États-Unis. Les entreprises chinoises utilisent les publicités Twitter pour maximiser les opportunités de vente à l'étranger.

Ce rapport a un lien direct avec la récente plainte de l'ancien chef de la sécurité de Twitter, Peiter Zatko. En effet, dans sa plainte de 84 pages, il affirme notamment que « les dirigeants de Twitter savaient que l'acceptation de l'argent chinois risquait de mettre en danger les utilisateurs en Chine ». Selon ses déclarations, on lui aurait répondu que le réseau social était trop dépendant de ce flux de revenus pour faire autre chose que « d'essayer de l'augmenter ». Twitter nie ces accusations.

L'ancien cadre a déclaré lors de son audience du 13 septembre que plusieurs employés de Twitter ont été « perturbés par le fait que, malgré son interdiction en Chine, la plateforme acceptait de l'argent d'organisations associées au gouvernement chinois ». D'après Peiter Zatko, la direction a estimé qu'il serait « problématique de perdre cette source de revenus » et aurait donc cherché des moyens de mettre ses employés à l'aise avec le sujet.

Un discours qui dérange

Toujours selon Reuters, deux personnes ayant connaissance de l'affaire ont déclaré que l'équipe commerciale de Twitter en Chine a courtisé les gouvernements locaux chinois dans l'objectif de concurrencer ses deux principaux rivaux technologiques : Google et Meta. Le rapport montre également que les entreprises de jeux en Chine sont des clients très importants pour Twitter. Les ventes publicitaires à des clients chinois sont estimées à « plusieurs centaines de millions de dollars par an ». Twitter a refusé de commenter ces résultats commerciaux en Chine.

Un porte-parole de l'entreprise a seulement déclaré que la société n'avait jamais caché le fait qu'elle faisait des affaires avec des entités commerciales chinoises. Dans un billet de blog publié en mars par Twitter, Sinead McSweeney, vice-présidente de la politique publique mondiale de la société, a déclaré « qu'un grave déséquilibre de l'information se crée lorsque les gouvernements qui bloquent l'accès à Twitter au sein de leur État continuent à l'utiliser pour leurs propres communications ». C'est pourtant ce que permet Twitter en Chine.