Twitter a présenté le 19 mai sa nouvelle politique en matière de désinformation en temps de crise. Désormais, le réseau social pourra afficher des avertissements sur certains tweets jugés trompeurs. Il commencera à analyser les messages portant sur la guerre en Ukraine puis s’élargira à d’autres sujets.

Twitter s’engage contre la désinformation

Cette nouvelle politique révélée par Twitter a pour objectif d'endiguer la diffusion de fausses informations. Le réseau ne veut pas blesser davantage les communautés déjà vulnérables. Il souhaite aussi préserver la confiance envers les institutions qui luttent contre le partage d’allégations trompeuses.

Présentation du message d'avertissement

Présentation du message d'avertissement face à une fausse information. Image : Twitter.

Pour prévenir ses utilisateurs, le géant des réseaux sociaux va mettre en place un système similaire au signalement d’images à caractère explicite. Un message d’avertissement s’affichera avant le tweet indiquant que ce dernier a enfreint les règles de Twitter concernant la propagation de fausses informations. L’utilisateur aura quand même la possibilité de lire le tweet en cliquant sur un bouton pour y accéder. Les retweets, les likes et les commentaires seront désactivés afin de ne pas pouvoir le partager. De plus, ces publications ne seront pas mises en valeur par l’algorithme.

Quel genre de contenu est concerné ?

Pour décider quel tweet enfreint sa nouvelle politique, Twitter va vérifier les informations à l’aide de sources crédibles et publiques telles que des groupes de surveillance des conflits, des organisations humanitaires, de personnes menant des enquêtes à partir de sources publiques sur Internet, de journalistes, etc.

Dans un article de blog, Yoel Roth, responsable de la sécurité et de l’intégrité du réseau social, explique que « la modération de contenus est bien plus que de juste choisir entre laisser un contenu en ligne ou le retirer. Nous avons élargi notre champ d’action que nous pouvons prendre afin de nous assurer que les mesures soient proportionnelles à la gravité du préjudice potentiel ».

Twitter liste les différents cas de figure selon lesquels un tweet pourrait être considéré comme trompeur :

  • S’il présente une fausse couverture ou un faux compte rendu d’un événement, ou s’il donne des informations qui décrivent mal les conditions sur le terrain au fur et à mesure que le conflit évolue ;
  • S’il publie de fausses allégations concernant le recours à la force, les incursions dans la souveraineté territoriale, ou autour de l’utilisation d’armes ;
  • S’il publie de fausses allégations de crimes de guerre ou d’atrocités de masse contre des populations spécifiques ;
  • S’il publie de fausses informations concernant la réponse de la communauté internationale, les sanctions, les actions défensives ou les opérations humanitaires.

Pour le moment, seuls les comptes considérés comme suffisamment importants pour influencer une grande communauté seront ciblés par la nouvelle politique de Twitter.

La volonté du réseau social de lutter contre la diffusion de fausses informations s’inscrit dans le contexte compliqué de son rachat par le milliardaire Elon Musk. Le dirigeant de Tesla a déjà exprimé sa volonté de transformer la plateforme en véritable bastion de la liberté d’expression et s’est déclaré ouvert à un retour de Trump sur Twitter. Pour rappel, l’ancien président des États-Unis avait vu son compte être suspendu définitivement après avoir encouragé ses électeurs à prendre d’assaut le Capitole en janvier 2021. Rien ne garantit que Elon Musk conservera cette politique une fois le rachat opéré.