OpenSea, la plateforme d’achat, de vente et d’échange de NFT a annoncé, le 11 mai, de nouvelles mesures de sécurité afin de faire face aux arnaques et au vol de contenus. Au programme : la vérification des comptes utilisateurs et l’introduction d’un système permettant de repérer les faux jetons non fongibles.

Un système pour lutter contre les faux jetons

« Copymint », c’est le nom donné par OpenSea aux fausses reproductions d’une collection de NFT. Omniprésentes sur la plateforme, ces imitations presque parfaites induisent les acheteurs potentiels en erreur. Pensant acquérir un jeton appartenant à la véritable collection, l’acquéreur se retrouve avec une contrefaçon à la valeur insignifiante. Pour lutter contre ce problème, la plateforme a décidé d’opter pour un système de vérification en deux étapes.

Dans un premier temps, une technologie de reconnaissance d’images scannera l’ensemble des NFT présents sur OpenSea en les comparant aux collections les plus célèbres, les plus imitées. Elle vérifiera que les faux ne soient pas simplement une image inversée retournée, etc. Puis, dans un second temps, un humain vérifiera qu’il n’y a pas d’erreurs.

L’objectif d’OpenSea n’est pas d’empêcher totalement l’existence de collections qui s’inspirent des autres, « Nous nous engageons à trouver le juste milieu entre la suppression des copies et la possibilité de faire prospérer les remixs qui apportent une contribution substantielle », explique la plateforme.

OpenSea veut tout vérifier

Toujours dans l’idée de préserver ses utilisateurs des arnaques qui courent sur leur site, OpenSea a dévoilé son nouveau système de vérification permettant d’attribuer un badge d'authenticité aux profils. Il était auparavant très long et fastidieux d’obtenir un badge de vérification pour sa collection.

Aperçu du macaron permettant d'attester de l'authenticité d'un compte sur OpenSea. Image : OpenSea.

Désormais, OpenSea va inviter tous les comptes possédant plus de 100 ethers de NFT et les collections ayant généré au moins 100 ethers de transaction, environ 193 000 euros au cours actuel, à s’identifier auprès de la plateforme pour obtenir un badge de vérification. Le site demandera aux concernés un nom de profil, un identifiant, une adresse mail vérifiée et un compte Twitter pour procéder à l’ensemble des vérifications.

Une fois la vérification terminée, le compte possédera son badge d’authenticité. « Nous nous engageons à ce que le compte de tout créateur authentique puisse être vérifié tout en empêchant les escrocs d’entrer dans le système », précise la plateforme.

Avec ces nouvelles mesures, OpenSea espère ajouter suffisamment d’obstacles pour barrer la route aux arnaqueurs qui sévissent sur son site. Un pas de plus pour sécuriser un secteur qui a trop souvent été la cible de piratages informatiques.