Intel a annoncé la construction de « l'un des plus grands sites de fabrication de semi-conducteurs au monde » dans l’État de l’Ohio. Objectif : permettre à l’entreprise de redevenir le numéro 1 dans le secteur des puces électroniques tout en boostant la production américaine, alors qu’une pénurie frappe le monde entier de plein fouet.

Un projet pharamineux

La firme a annoncé un investissement initial de plus de 20 milliards de dollars dans la construction de deux usines utilisant une technologie de pointe. Le site sera implémenté dans l’Ohio, non loin de la capitale de l’État, Columbus. Une chose est sûre avec ce projet : Intel voit très grand. Il s’agit ainsi du plus gros investissement privé de l'histoire de l'Ohio, celui-ci devrait créer 3 000 emplois au sein de l’entreprise technologique ainsi que 7 000 jobs dans le secteur de la construction.

Au total, la zone pourra accueillir huit usines de fabrication de semi-conducteurs avec, à terme, un investissement qui pourrait atteindre les 100 milliards de dollars. « L'impact de cet investissement dans un méga-site sera profond. Une usine de semi-conducteurs n'est pas une usine comme les autres. La construction de ce site s'apparente à la construction d'une petite ville, qui donne naissance à une communauté dynamique de services de soutien et de fournisseurs. L'Ohio est un lieu idéal pour l'expansion d'Intel aux États-Unis en raison de l'accès aux meilleurs talents, de la robustesse de l'infrastructure existante et de la longue histoire d'une puissance industrielle », a déclaré Keyvan Esfarjani, vice-président senior d'Intel chargé de la fabrication, de la chaîne d'approvisionnement et des opérations.

L’entreprise s’attend à ce que tout un écosystème destiné à la construction des semi-conducteurs se mette en place autour du site, et a également mis 100 millions de dollars supplémentaires sur la table pour établir des partenariats avec les universités de l’État.

Intel a de grandes ambitions

Cette annonce intervient après qu’Intel ait révélé ses plans d’étendre une usine déjà existante en Arizona pour la production de puces, avec un investissement similaire de 20 milliards de dollars. Comme l’a expliqué son PDG arrivé à la tête de l’entreprise en 2021, Pat Gelsinger, Intel ambitionne de redevenir le numéro 1 mondial du secteur après avoir perdu de nombreuses parts de marché au profit de TSMC, firme taïwanaise qui est devenu un véritable mastodonte.

Dans cette optique, Intel veut désormais fabriquer des semi-conducteurs commandés par d’autres entreprises ; pendant la majeure partie de son existence, la firme ne construisait en effet des puces que pour sa propre utilisation. La tâche semble quand même difficile pour Intel, tant ses rivaux asiatiques ont pris de l’avance, et continuent d’évoluer rapidement.

« La planification des deux premières usines va commencer immédiatement, et la construction devrait débuter à la fin de 2022. La production devrait entrer en ligne en 2025, date à laquelle la fabrique fournira des puces utilisant les technologies de transistors les plus avancées du secteur. L'Ohio accueillera le premier nouveau site de fabrication d'Intel en 40 ans », déclare l’entreprise dans un communiqué.

Voici à quoi devrait ressembler le site dans la phase initiale du projet. Image : Intel

Redonner la souveraineté aux États-Unis

« L'investissement d'aujourd'hui marque une autre façon significative dont Intel mène l'effort pour restaurer le leadership américain en matière de fabrication de semi-conducteurs. Les actions d'Intel contribueront à construire une chaîne d'approvisionnement plus résiliente et à garantir un accès fiable aux semi-conducteurs de pointe pour les années à venir. Intel ramène aux États-Unis des capacités et des compétences de pointe pour renforcer l'industrie mondiale des semi-conducteurs. Ces usines créeront un nouvel épicentre pour la fabrication de puces avancées aux États-Unis, ce qui renforcera le pipeline national de laboratoire à laboratoire d'Intel et consolidera le leadership de l'Ohio en matière de recherche et de haute technologie », explique Pat Gelsinger.

La pénurie de semi-conducteurs qui touche actuellement la planète a changé les plans des gouvernements à bien des égards. Celle-ci a en partie été causée par la pandémie de Covid-19 et une hausse monumentale de la demande en appareils électroniques, mais également, comme le rapporte le New York Times, par le déplacement au fil des années de la fabrication des puces vers les pays asiatiques, qui offrent des subventions aux entreprises y construisant des usines. Les chiffres sont très parlants : « Les États-Unis représentent environ 12 % de la production mondiale de puces, contre 37 % en 1990. La part de l'Europe est passée de 40 % à 9 % au cours de la même période », rapporte le journal.

Dans ce contexte, Joe Biden a annoncé un budget de plus de 50 milliards de dollars pour booster la production locale de semi-conducteurs, avec l’objectif de mettre fin à la dépendance à la Chine dans ce domaine. La loi, baptisée CHIPS Act, a été validée par le Sénat mais a buté à la Chambre des représentants. « L'ampleur et le rythme de l'expansion d'Intel dans l'Ohio dépendront toutefois fortement du financement de la loi CHIPS », rappelle d’ailleurs Keyvan Esfarjani.

De son côté, l’Union européenne cherche elle aussi à produire localement des puces, Intel réfléchit d’ailleurs à également installer une usine de production en Allemagne, bien que le projet ne soit pas encore officiel.