Mobileye, filiale automobile d’Intel, a annoncé mardi 4 janvier s’associer avec la marque Zeekr pour développer un nouveau véhicule autonome grand public de niveau 4. Il s’agit d’une marque de technologies de transports électriques haut de gamme, filiale du groupe Geely, et présente dans le monde entier. Cette association est en réalité la prolongation d’un précédent partenariat entre les deux sociétés. Cette voiture autonome devrait être lancée en 2024 en Chine.

Mobileye et Zeekr mêlent leurs technologies innovantes

Les deux entreprises ont déclaré que ce futur véhicule autonome sera le premier au monde à être de niveau 4. Concrètement, cela signifie qu’il sera toujours équipé d’un volant et de pédales et nécessitera encore un conducteur, mais il pourra se conduire de façon autonome à 100% dans certaines situations. Ce partenariat « reflète à quel point Mobileye et Zeekr sont alignés sur la vision de la mobilité future », estime dans un communiqué Amnon Shashua, président et chef de la direction de la filiale d’Intel.

Cette voiture sera équipée de pas moins de six systèmes de puce EyeQ 5 développée par Mobileye. Elle intégrera également l’ensemble de ses données de cartographie avec le système de gestion de l’expérience routière REM. Il crée notamment des cartes en 3D. Concernant la puissance, le freinage et la direction, elle utilisera l’architecture open source de Geely, nommée SEA, « dans le cadre d'un concept Open EyeQ ».

Cette architecture doit permettre « une intégration efficace avec les technologies logicielles Zeekr ». La voiture reposera aussi sur la technologie Mobileye Drive. Avec EyeQ, elle permet notamment l’avertissement de collision imminente, la détection de véhicules, piétons, cyclistes.

Ce partenariat, et la priorité donnée au marché chinois pour le lancement, permet également à la société israélienne de renforcer sa présence en Chine. Elle envisage d’y embaucher encore plus de travailleurs et d’y construire un centre de données.

Mobileye propose dans ses partenariats un système innovant de détection d’obstacles sur la route, nommé EyeQ, utilisé notamment pour ses robotaxis. Image : Intel.

Le premier véhicule autonome de niveau 4

Ce véhicule autonome, entièrement électrique, est d’ores et déjà présenté comme le premier au monde de niveau 4 étant destiné au grand public, alors que son lancement n’est prévu en Chine qu’en 2024. Il sera étendu à d’autres marchés dans le monde entier par la suite - aucune date précise n’a été donnée - et devrait être produit sous la marque Zeekr.

Quelle différence avec des véhicules autonomes de niveaux inférieurs ? Actuellement, il n’en existe aucun réellement autonome à vendre au grand public. La plupart sont destinés à des flottes de taxis, secteur que la filiale d’Intel a déjà investi. Les niveaux 2 et 3 désignent plutôt des systèmes avancés d’aide à la conduite (ADAS). Actuellement, l’un des plus avancés est le Drive Pilot de Mercedes, de niveau 3, devant l’Autopilot de Tesla, de niveau 2.

Un système vraiment autonome nécessite un matériel et des logiciels très coûteux, ce qui le rend pour le moment trop onéreux pour être vendu à large public. Voilà pourquoi ceux qui sont automatisés sont aujourd’hui réservés à des professionnels.

Les voitures de niveau 4 devraient bien se démocratiser et devenir accessibles au plus grand nombre, mais cela demande avant tout pour les constructeurs de réussir à faire baisser les coûts de fabrication et donc à augmenter les marges. Avec leur projet, les deux acteurs veulent donc aller plus vite que les autres.

Un partenariat pour « diriger l'industrie mondiale de l'ADAS »

Zeekr est une filiale de Geely, qui est bien implanté dans le secteur de l’automobile. Le groupe possède en effet Volvo, déjà en partenariat avec Mobileye, et la marque de véhicules électriques Polestar. « Mobileye a été un partenaire stratégique dans notre mission de fournir des véhicules de style de vie adaptés à un avenir plus durable et autonome des transports », a affirmé son PDG, Andy An.

Le groupe chinois a récemment conclu un partenariat avec Waymo, appartenant à Alphabet (maison-mère de Google), pour développer une flotte de robotaxis. Actuellement Mobileye teste de son côté des robotaxis à Paris avec la RATP. Intel, en difficulté financière, mise beaucoup sur son fleuron de l’automobile. L’entreprise américaine compte introduire sa filiale en bourse, avec une valorisation estimée à plus de 50 milliards de dollars.

Outre la RATP, Zeekr et Volvo, la société a noué des partenariats avec Sixt, BMW, Ford et General Motors. Rachetée en 2017, elle doit permettre à Intel de se relancer sur le marché des semi-conducteurs, à présent dominé par Samsung, NVidia et surtout TSMC. Ce secteur, en pleine expansion malgré une pénurie mondiale, est devenu vital pour l’automobile. D’ici 2030, 20% des coûts en matériaux dans la fabrication de voitures haut de gamme viendront des semi-conducteurs. La développer revêt donc une importance cruciale pour le groupe américain.

Zeekr a déjà noué plusieurs partenariats dans le secteur des véhicules électriques autonomes, comme avec Waymo, filiale d’Alphabet. Image : Waymo.

D’autant plus que les véhicules autonomes et électriques apparaissent comme un nouvel eldorado. « Notre partenariat soutient les ambitions partagées de Zeekr et Mobileye pour diriger l'industrie mondiale de l'ADAS et de l'audiovisuel », affirme Andy An. Un eldorado cependant très surveillé par les institutions étatiques, qui n’hésitent pas à lancer des enquêtes dès lors qu’un système de conduite automatisée est mis en cause dans un accident.