Nuance, société de reconnaissance vocale reconnue dans son domaine, va bel et bien rejoindre l’écurie Microsoft pour quelque 19,7 milliards de dollars. Au terme d’une enquête anti-concentration de la Commission européenne, celle-ci a décidé, le 21 décembre, « d’autoriser sans condition » l’acquisition.

Nuance, une société digne d’intérêt

Nuance, bien que méconnue, fait partie des plus anciennes entreprises travaillant autour de l’Intelligence artificielle puisqu’elle est née en 1992. Parmi les faits notables à son actif, sa collaboration à l’élaboration de Siri. Satya Nadella, PDG de Microsoft, a dévoilé en avril 2021 son intention de s’offrir Nuance.

La Commission européenne a décidé de lancer une enquête lorsque l’opération lui a été officiellement notifiée, le 26 novembre 2021. L’institution européenne décrit Nuance comme une société de logiciel de transcription, solutions d’engagement client et de produits sur la santé. Une orientation, plus récente, qui se manifeste par la création de systèmes de reconnaissances pour soulager les médecins de certaines tâches administratives.

Les enquêteurs de la Commission se sont penchés sur plusieurs points :

  • Le marché des logiciels de transcription et de soins dépend-il de Microsoft Azure pour le cloud. Richmond pourrait être tenté d’entraver l’accès à son cloud des concurrents de Nuance si c’était le cas.
  • Microsoft a-t-il comme projet d’évincer des concurrents en termes d’offres de services. Nuance, avant rachat, n’était disponible que sur Windows, donc l’opération ne devrait rien changer.
  • Les données issues de Nuance donneront-elles un avantage concurrentiel à Microsoft ? Selon la Commission, les restrictions contractuelles et légales de Nuance l’en empêchent. De plus, ces données ne donneraient pas en soi la capacité au géant américain d’évincer ses adversaires.

La deuxième acquisition la plus importante de l’histoire de Microsoft

Conclusion de l’enquête menée par la Commission « l'opération ne poserait aucun problème de concurrence au sein de l'Espace économique européen ». L’institution européenne précise par ailleurs que cette autorisation d’acquisition est la décision la plus souvent adoptée, même si les refus sont plus médiatiques.

Dans ce cas précis, l’ampleur de l’acquisition a de quoi susciter des inquiétudes. Après LinkedIn en 2016, racheté en 2016 pour 26,2 milliards de dollars, le rachat de Nuance est la plus grosse opération menée par Microsoft. Nuance représente 1,5 milliard de dollars de revenus en 2020 et projette une croissance de 6% à 11% d’ici 2030. Un beau cadeau de Noël à mettre sous le sapin de l’entreprise dirigée par Satya Nadella.