Avec le fournisseur allemand NextCloud en chef de file, plusieurs éditeurs de logiciels et acteurs de l’open source et du cloud européens ont déposé une plainte auprès de l’Union européenne. Celle-ci vise l'entreprise Microsoft qui est accusée d’abuser de sa position dominante en préinstallant OneDrive et Teams avec Windows.

NextCloud accompagné de plusieurs acteurs IT européens porte plainte contre Microsoft

C’est un fait : dès que l’on acquiert un ordinateur dont le système d’exploitation est Windows 10 ou Windows 11, le service de stockage de fichiers et l’outil collaboratif de Microsoft sont déjà installés. C’est ce que déplorent plusieurs acteurs européens spécialisés dans l’IT : « Dans une répétition de ses actions monopolistiques antérieures, Microsoft associe OneDrive, Teams et d’autres services à Windows et pousse agressivement les consommateurs à s’inscrire sur ses services et à confier leurs données à Microsoft. Cela limite le choix des consommateurs et crée une barrière à l'entrée pour les autres entreprises offrant des services concurrents. »

Ce n’est pas la première fois que Microsoft est visée par ce type d'accusations. Si l’on remonte dans le temps, on peut se souvenir du cas Internet Explorer. Ce navigateur web était installé par défaut avec Windows. L’Union européenne avait réussi à faire en sorte que Microsoft laisse le choix aux utilisateurs d’utiliser n’importe quel navigateur.

Dans la même catégorie
Internet Explorer

Internet Explorer était le navigateur le plus utilisé dans le monde jusqu'en 2012. Capture d'écran : Yi Sihang / Flickr.

Au début de l’année 2021, seul NextCloud a déposé une plainte auprès de la Direction générale de la concurrence de la Commission européenne. Toutefois, d’autres éditeurs et acteurs du cloud en Europe se sont sentis concernés par cette affaire et ont décidé de rejoindre le point de vue du fournisseur allemand. On retrouve ainsi The Document Foundation, Digital SME, la Free Software Foundation Europe, Euclidia, Jamespot, Linagora, Nexedi, Netframe, OnlyOffice, Talkspirit, Wimi et Xwiki parmi les plus connus.

Google et Amazon cités par NextCloud

En plus de citer Microsoft, NextCloud considère que des groupes comme Amazon ou Google agissent de la même manière que Microsoft en favorisant leurs produits et services. Selon le fournisseur allemand, ils utiliseraient principalement l’autoréférencement ou n’hésitent pas à bloquer les autres fournisseurs afin qu’ils ne puissent pas proposer leur offre. « Les fournisseurs locaux, plus spécialisés, sont incapables de rivaliser par leurs mérites, car la clé du succès n’est pas d’avoir un bon produit, mais la capacité à fausser la concurrence et à bloquer l’accès au marché », précisent les signataires de la plainte.

Les grands groupes sont parfois dans le viseur des autorités antitrust : fin septembre, Google avait formulé un recours en annulation devant le tribunal de l’UE pour annuler son amende. L’entreprise avait été accusée d’abus de position dominante en obligeant ses utilisateurs à installer la totalité de sa suite. De son côté Amazon avait commencé son année 2021 avec le dépôt de plainte des cinq plus grandes maisons d'édition américaines. Le géant du e-commerce refusait de vendre leurs livres numériques à des prix plus bas que ceux pratiqués sur la plateforme.

Dans toutes ces situations, le constat est le même comme l’évoque NextCloud : « Les consommateurs devraient avoir le libre choix et la concurrence devrait avoir une chance équitable. »