C'est une marketplace d'un genre nouveau que s'apprête à inaugurer Alibaba. En effet, comme le rapporte le South China Morning Post, le géant technologique chinois va déployer une plateforme NFT, basée sur la blockchain, pour permettre aux artistes de vendre les droits d'auteur de leurs œuvres. Le dispositif sera géré et administré par le comité du droit d’auteur de la Sichuan Blockchain Association.

Alibaba va inaugurer sa plateforme NFT le mois prochain

Si les enchères ne sont pas encore disponibles, il se trouve que le marché est déjà en ligne et abrite plusieurs NFT qui devraient être mis aux enchères le mois prochain. Alibaba précise que les enchérisseurs devront déposer une somme minimum de 500 yuans (environ 65 euros). Aussi, le tarif minimum de 12 euros sera fixé pour chaque enchère à venir. Le développement de cette plateforme marque une nouvelle incursion des géants chinois dans les technologies de la blockchain.

Comme précisé, les NFT seront émis par la New Copyright Blockchain, une plateforme elle-même gérée par le comité du droit d'auteur de la Sichuan Blockchain Association. Le service est baptisé "Blockchain Digital Copyright and Asset Trade". Concrètement, la plateforme devrait permettre aux écrivains, musiciens, peintres, développeurs de jeux vidéo et tous les autres artistes de vendre les droits de leur contenu grâce à la blockchain. Les NFT, des jetons uniques et cryptés, permettront de prouver la détention des droits.

De grandes perspectives à venir pour la blockchain

Comme on peut le lire dans le South China Morning Post, de nombreux produits sont déjà répertoriés sur la plateforme. On découvre notamment une illustration de Star Wars ou encore une peinture de la West Pearl Tower, un monument de Chengdu, la capitale du Sichuan. Une fois l'achat réalisé, les "propriétaires" peuvent retrouver leurs articles sur WeChat. Les NFT sont de plus en plus populaires et leurs ventes atteignent des sommets : 2,5 milliards de dollars de ventes au cours du deuxième trimestre de cette année, contre 13,7 millions de dollars au cours du premier semestre de 2020.

Le South China Morning Post, qui appartient justement à Alibaba, a également dévoilé son propre projet NFT. À cette occasion, le média devient le premier organe de presse en Asie à proposer à la vente des éléments historiques issus de ses archives sur une blockchain. En juillet 2021, Tencent a également lancé une plateforme NFT appelée Huanhe. Le gouvernement chinois est également à l'initiative sur le sujet. Dans le courant de l'année 2020, le ministère en charge de l'industrie et des technologies de l’information créait un groupe de travail sur la blockchain.