Dans un communiqué, la Competition and Markets Authority (CMA), le régulateur britannique, a annoncé le début d’une large enquête d’un an sur le monopole d’Apple et de Google dans le secteur des « écosystèmes mobiles », qu’elle qualifie d’ailleurs de « duopole ». L’agence gouvernementale veut en effet savoir si celui-ci a un impact néfaste pour les consommateurs.

« La CMA cherche à savoir si le contrôle exercé par les deux entreprises sur les écosystèmes mobiles étouffe la concurrence sur toute une série de marchés numériques. La CMA craint que cela n'entraîne une réduction de l'innovation dans le secteur et que les consommateurs ne paient des prix plus élevés pour les appareils et les applications, ou pour d'autres biens et services en raison de la hausse des prix de la publicité », explique le régulateur.

Le terme écosystème mobile concerne « cette collection de passerelles par lesquelles les consommateurs peuvent accéder à une variété de produits, de contenus et de services, tels que la musique, la télévision et le streaming vidéo, ainsi que le suivi de la condition physique, les achats et la banque. Ces produits comprennent également d'autres technologies et appareils tels que les haut-parleurs intelligents, les montres intelligentes, la sécurité domestique et l'éclairage (auxquels les mobiles peuvent se connecter et qu'ils peuvent contrôler) ».

En effet, les deux géants de la Silicon Valley sont les principaux fournisseurs de tels systèmes. En plus des conséquences d’un tel pouvoir sur les utilisateurs, la CMA cherche également à déterminer si cela affecte les entreprises obligées de passer par ce biais pour atteindre les consommateurs. Elle souhaite par ailleurs s’entretenir avec des développeurs, qui sont contraints de collaborer avec les deux plateformes pour faire parvenir leurs produits aux utilisateurs.

« Notre travail en cours sur les Big Tech a déjà mis en évidence certaines tendances inquiétantes et nous savons que les consommateurs et les entreprises pourraient être lésés si elles ne sont pas contrôlées », assure la CMA. Elle explique en outre que cette enquête va permettre de préparer le terrain pour la Digital Markets Unit, une nouvelle agence gouvernementale dont le but est la régulation des Big Tech, qui entrera pleinement en fonction dans les prochains mois.

Le Royaume-Uni est très investi dans la lutte contre les comportements monopolistiques et anticoncurrentiels. Le pays est également en train d’enquêter sur les pratiques d’Apple dans son App Store, sur Facebook et sa Marketplace, ainsi que sur le Privacy Sandbox de Google, son alternative aux cookies tiers.