Alors qu’elle est inculpée aux États-Unis pour abus de position dominante, voilà que la firme de Mark Zuckerberg fait désormais l’objet de deux enquêtes antitrust de la part de l’Union européenne et du Royaume-Uni. Les deux entités cherchent à savoir si elle a exploité l'immense taux de données auquel elle a accès pour booster ses plateformes Marketplace et Dating.

Si les deux enquêtes s’effectuent de manière indépendante, la Commission européenne et la Competition and Markets Authority (CMA) ont assuré qu’elles allaient coopérer pour les mener à bien, une première depuis le Brexit. Leur objectif est de déterminer si les données publicitaires détenues par Facebook ont été utilisées pour Marketplace, ce qui représenterait une importante pratique anticoncurrentielle.

« Facebook est utilisé par près de 3 milliards de personnes chaque mois et près de 7 millions d'entreprises font de la publicité sur Facebook au total. Facebook collecte d'énormes quantités de données sur les activités des utilisateurs de son réseau social et au-delà, ce qui lui permet de cibler des groupes de clients spécifiques. Nous examinerons en détail si ces données confèrent à Facebook un avantage concurrentiel indu, en particulier dans le secteur des petites annonces en ligne, où des personnes achètent et vendent des biens tous les jours, et où Facebook est également en concurrence avec les entreprises dont il collecte les données. Dans l'économie numérique actuelle, les données ne doivent pas être utilisées de manière à fausser la concurrence », a ainsi déclaré Margrethe Vestager, commissaire européenne à la société numérique.

Lancée en Europe en octobre 2020, la plateforme Facebook Dating est également dans le viseur des autorités britanniques, qui ont décidé de serrer la vis aux GAFA avec la mise en place d’une agence spécialement dédiée à la régulation des géants de la tech. Les deux enquêtes devraient durer de longs mois et mener à d’importantes amendes si Facebook est reconnue coupable. De son côté, la firme assure n’être responsable d’aucune pratique anticoncurrentielle : « Nous développons sans cesse de nouveaux et meilleurs services pour répondre à l'évolution de la demande des utilisateurs de Facebook. Marketplace et Dating offrent aux gens plus de choix et ces deux produits opèrent dans un environnement hautement concurrentiel avec de nombreux grands opérateurs historiques. Nous continuerons à coopérer pleinement avec les enquêtes pour démontrer qu'elles sont sans fondement », a affirmé l’un de ses porte-parole.

Ces nouvelles enquêtes s’inscrivent dans une tendance plus globale : aux quatre coins du monde, les gouvernements sont de plus en plus hostiles aux pratiques des Big Tech, et c’est particulièrement vrai sur le Vieux Continent. En effet, Amazon est, elle aussi, sous le coup de deux enquêtes pour pratiques anticoncurrentielles à l’instar d’Apple, qui est accusée d’avoir « faussé la concurrence sur le marché du streaming musical ».