Connu pour ses SoC pour smartphones, tablettes et PC portables, le géant californien Qualcomm n'a jamais vraiment caché son intérêt pour le jeu vidéo. Si jusqu'à présent Qualcomm s'était surtout contenté de rendre ses différentes puces toujours plus efficaces en jeu sous Android, on apprend ce mardi du site spécialisé Android Police que la firme aurait pour projet d'entrer de plain-pied sur le marché de la console nomade, avec une machine inspirée de la Switch, mais fonctionnant sous Android 12. Mieux, le développement de cette console portable signée Qualcomm serait relativement avancé, avec un créneau de lancement pressenti dès l'année prochaine... du moins si le groupe choisit de concrétiser un projet dont la commercialisation est encore loin d'être assurée.

Android 12, un équivalent de Joy-con, une grosse batterie... mais surtout un prix accessible

Comme le précise The Verge, l'appareil prendrait peu ou prou l'apparence d'un gros smartphone comprenant des contrôleurs détachables et un système de dissipation actif (comme le proposent déjà certains fabricants de smartphones gaming). D'après les informations glanées par Android Police, mais aussi par Mishaal Rahman, le rédacteur en chef de XDA Developers, l'engin de Qualcomm miserait sur un écran Full HD de 6,55 pouces (en lieu et place de la dalle 720p de 6,2 pouces de l'actuelle Switch) et sur une batterie copieuse de 6000 mAh.

Côté processeur, Qualcomm miserait sur un SoC de son cru, mais il est possible que la firme ne se tourne pas vers son haut de gamme. Le smartphone le plus abordable équipé d'un Snapdragon 888 (le Realme GT 5G, note The Verge) est en effet proposé aux environs de 430 dollars. Un tarif trop élevé pour Qualcomm qui souhaiterait concurrencer frontalement la Switch avec un tarif attractif, limité à 300 dollars environ.

Le chemin de ce produit vers le succès est toutefois semé de quelques embûches. Car si l'appareil pourrait compter sur l'ensemble du catalogue de jeux disponibles sur Android, il faudra que Qualcomm avance de sérieux arguments pour convaincre le consommateur d'utiliser une console tierce pour accéder à des contenus auxquels il peut déjà jouer avec un smartphone Android (éventuellement assorti de quelques accessoires). Autre problème : le succès de la Switch est dû à la fois à son concept (possibilité de jouer sur un téléviseur), mais aussi et surtout à ses exclusivités. De très nombreux joueurs ont en effet acheté une Switch pour jouer essentiellement à Zelda Breath of the Wild, Animal Crossing ou aux différents titres Mario lancés sur la console.

Notons qu'une solution pourrait être toute trouvée pour Qualcomm. Certains éléments mis en évidence par Mishaal Rahman laissent entendre que Qualcomm pourrait simplement proposer cette console portable en marque blanche. L'idée serait alors de mettre à disposition d'autres sociétés un produit clé en main commercialisable tel quel, sans avoir besoin d'investir en recherche et développement. Une hypothèse qui mérite d'être prise au sérieux puisqu'elle s'avérerait pertinente sur certains marchés, notamment en Asie.